jeudi 21 juin 2018

En attendant Monsieur Bellivier - Britta Rostlund


En attendant Monsieur Bellivier - Britta Rostlund

Synopsis : Helena Folsadu aurait dû dire non. Elle ne connait pas cet homme qui s'adresse à elle au café. Mais, sans explication, et soudain inspirée par une force inconnue, elle dit oui. Peu après, elle se retrouve dans une tour à La Défense, dans un bureau désert, face a un ordinateur. Sa mission est de transmettre des e-mails - pour la plupart des combinaisons incompréhensibles de chiffres - à un certain Monsieur Bellivier. Le travail prendra trois semaines et en récompense, elle touchera une grosse somme d'argent.

Mancebo est épicier, sa petite épicerie se trouve au pied de Montmartre. Il mène une vie tranquille en s'occupant de sa boutique ou les clients ne se précipitent pas. Un jour, une femme magnifique, prénommée Cat, s'y présente. Elle le supplie de l'aider : lui seul le peut. Il s'agit d'une mission secrète pour laquelle elle est prête a payer cher. Mancebo accepte et, du jour au lendemain, sa vie va basculer...


Mon avis : Voilà un livre à côté duquel je ne pouvais pas passer à cause de son titre! En effet, pour les personnes qui ne me connaissent qu'à travers ce blog, il se trouve que Bellivier est aussi mon nom de famille... C'est donc avec curiosité (ce patronyme n'est vraiment pas commun)  et amusement que je me suis lancée dans cette lecture, et au final, je ne regrette absolument pas car j'ai découvert un roman amusant et enveloppé d'un double mystère qui mène lentement à des solutions inattendues.
Dans "En attendant monsieur Bellivier", l'auteur nous présente deux histoires qui semblent n'avoir aucun parallèle mais qui  finissent par se recouper de manière logique mais totalement imprévisible donnant petit à petit aux chapitres précédents tout leur sens.
Je me suis particulièrement attachée à Mancebo, l'épicier de quartier dont nous suivons le quotidien rendu bien plus passionnant par la mission secrète que lui a confiée Mme Cat, sa voisine d'en face pour arriver à des révélations inouïes tant sur sa mission que sur les membres de sa propre famille. J'ai apprécié son silence, ses petites gaffes et son manque de confiance en lui mais surtout son professionnalisme vis à vis de la mission confiée par l'énigmatique Mme Cat.
Helena m'a quant à elle moins touchée  certainement à cause du grand mystère qui entoure sa mission confiée par M. Bellivier dont elle ignore elle-même les tenants et les aboutissants. Je n'ai compris qu' à la toute fin l’intérêt des personnages qu'elle a successivement côtoyé.
Un roman qui exige une lecture patiente mais dont l'histoire, vraiment originale, nous amène à comprendre comment, dans la vie, les révolutions peuvent exister et être accomplies sans grands bouleversements pour nous mêmes ou notre entourage.... J'ai néanmoins regretté quelques longueurs.

Extrait : "Au 73, boulevard des Batignolles, à Paris, se trouve une épicerie – une de ces épiceries que les Parisiens appellent communément « l’Arabe du coin ». Le terme n’est pas vraiment au goût du patron, mais, soit, il laisse dire. Après tout, boulevard des Batignolles, parmi les touristes sortis de leurs chemins balisés des Champs-Élysées, de la tour Eiffel, du Louvre et de l’Arc de Triomphe, il n’y a pas tant de Parisiens que ça.
[...] Et s’il y a quelqu’un qui découvre chaque jour un peu plus Paris, c’est bien Mancebo, assis sur un tabouret solidement planté devant son épicerie, au 73, boulevard des Batignolles.
Les patrons de ces fameuses épiceries parisiennes, souvent originaires des anciennes colonies d’Afrique du Nord, pratiquent des prix plus élevés qu’ailleurs, des heures d’ouverture plus généreuses et vendent des fruits plus frais. À la caisse, on retrouve généralement les membres d’une même famille à différents moments de la journée. Pour un étranger, y acheter de quoi manger sur le pouce, dans la rue, ou une bouteille de vin à déboucher dans sa chambre d’hôtel, c’est exotique. Les Parisiens, eux, s’y sentent en confiance. Les « Arabes du coin » constituent un îlot d’intimité dans l’anonymat de la métropole.
À longueur de journée, Mancebo, sans en avoir conscience, découvre Paris depuis son tabouret. Il enregistre le décor mouvant de la rue, ne s’autorisant à interrompre ses observations que lorsque lui parvient une bonne odeur de cuisine. D’abord, à l’heure du déjeuner. C’est le signal du repas préparé par sa femme, Fatima, à l’étage au-dessus. Les assiettes n’ont pas eu le temps de s’entrechoquer que Tariq, le cousin de Mancebo, arrive en trombe depuis sa cordonnerie située juste en face, de l’autre côté du boulevard.

Éditions JC Lattès - Littérature contemporaine - 375 pages

4 commentaires:

  1. Une raison particulière de lire un bouquin, mais j'aurais fait de même. Et en plus, tu as aimé ! Alors tout va bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et maintenant, grâce à la maison d'édition, je sais d'ou vient le choix de ce patronyme! Tout s'explique

      Supprimer
  2. Une raison originale de lire ce livre.

    RépondreSupprimer

Laissez-moi une trace de votre passage!

Recevoir les prochains articles par mail

* obligatoire

Partagez!