lundi 6 novembre 2017

Une robe couleur de vent - Sophie Nicholls

Une robe couleur de vent - Sophie Nicholls

Fabia Moreno vient de s’installer avec sa fille, Ella, dans la petite ville de York, où elle a ouvert un magasin de vêtements vintage. Une boutique de rêve, comme les femmes de York n’en ont encore jamais vu. Car Fabia possède un don pour dénicher la robe idéale et l’ajuster à chaque cliente. Autour de son commerce, bientôt, les destins se croisent, les identités se révèlent et les amours s’épanouissent… mais naissent aussi la méfiance et la jalousie.
L’exubérance de Fabia dérange, et la jeune Ella, à la peau cuivrée, est une adolescente bien mystérieuse.
Parviendront-elles à s’intégrer dans la communauté ?
Quel sombre secret cache Fabia derrière ses tenues flamboyantes et son accent chantant ? Sa fille elle-même sait-elle tout de l’histoire familiale ?


Mon avisUne agréable découverte pour ce livre qui a su me transporter dans l'ambiance cosy d'un magasin de vêtements vintage où chaque vêtement et accessoire est méticuleusement rangé en vue de constituer une tenue correspondant à la personnalité d'une cliente. Même si l'histoire se déroule à notre époque, elle a une sorte d'atmosphère des années 1900. En lisant "Une robe couleur de vent", j'imaginais la vie d'Ella et Fabia il y a quelques années, et cela est certainement dû aux vêtements vintage, aux tissus, à la dentelle et les souvenirs qu'elles portent qui ont le parfum typique du passé, et peu à voir avec le présent.
J'ai apprécié aussi les nombreux flashbacks, qui font découvrir les vraies racines de Fabia Moreno, la mère d'Ella, et qui nous expliquent petit à petit pourquoi Fabia a décidé de recommencer sa vie de zéro en ouvrant une boutique dans une ville qu'elle ne connaît  pas. 
Les deux personnages principaux, Fabia et Ella, sont très attachantes et le fait de découvrir le secret de Fabia à la toute fin du livre entretient un intérêt tout au long de la lecture. La relation mère / fille avec une adolescente en plein changements est aussi très réaliste. Par contre, la partie "magie" dûe aux Signaux  que reçoit Ella aurait méritée d'être plus détaillée ou oubliée car ces visons annonciatrices entretiennent un suspens qui ne sera jamais résolu. Concernant les autres personnages, j'ai particulièrement été intriguée par les motivations de Katrina et sa très riche mère Jean Cushworth : Katrina se lie rapidement (mais apparemment à contrecœur) d'amitié avec Ella et Jean semble plus obnubilée par sa propre personne et ses désirs que par sa fille. Elles apportent à l'histoire une part de mystère supplémentaire.
La passion de Fabia pour les vêtements est vraiment surprenante, communicative et admirable dans sa façon de confectionner et accessoiriser des robes, adaptées à sa clientèle, la façon dont elle se consacre entièrement à la création, en pensant à ce que la cliente est vraiment, d'un point de vue extérieur mais surtout intérieur.
En revanche, deux petits bémols ont un peu gâché ma lecture. Premièrement,  il n' y a pas de rebondissements qui animent particulièrement l'histoire, qui se déroule en douceur, mais avec un rythme linéaire souvent alourdi par de nombreuses et (trop) longues descriptions. 
Deuxièmement, j'ai aussi eu un peu mal à certains moments précis avec le style (ou la traduction) rendant certains qualificatifs plutôt hasardeux : "Ella sourit, sourit à en avoir les lèvres sèches et les dents douloureusement palpitantes" !?? Je trouve ces comparatifs préjudiciables d'autant que le livre est plutôt bien écrit.
En définitive, une lecture agréable et légère, dont l'épilogue laisse présager une suite encore plus intéressante!

Extrait : "Ella ne s’était fait aucun ami depuis son arrivée à York, à part Billy. Les filles de sa classe ne l’aimaient manifestement pas, mais bon : c’était toujours comme ça, où qu’elle vive.
Elle était trop brune, trop discrète. Elle parlait bizarrement. Sa présence mettait les lycéennes si mal à l’aise qu’à son approche, elles dansaient d’un pied sur l’autre, remuaient les mains dans les poches, se tripotaient les cheveux, lui jetaient des regards en coin prolongés.
Les choses se passaient à peu près de la même manière ici, malgré les promesses de mamma.
Sauf que Billy aimait bien Ella. Quand elle y pensait, une sorte de certitude s’imposait à elle, une sensation qui se répandait dans tout son corps, rappelant les prémices d’un fou rire interdit, mais inextinguible.
« Qui veut servir de guide à notre nouvelle camarade ? » avait demandé Mlle Cookson devant une mer de visages ennuyés, le premier jour d’Ella à Saint-Olave, son nouveau lycée.
Billy avait bondi de sa chaise de cette façon bizarre qui lui était propre, dépliant ses jambes osseuses tels des ressorts. Il avait pris Ella par le coude puis l’avait entraînée, avec douceur mais fermeté, jusqu’aux rangées de casiers alignés au fond de la classe, sans jamais cesser de lui sourire."

Éditions Préludes - Littérature contemporaine - 352 pages

1 commentaire:

  1. Des dents douloureusement palpitantes ? Je n'aimerai pas être à sa place.....

    RépondreSupprimer

Laissez-moi une trace de votre passage!

Recevoir les prochains articles par mail

* obligatoire

Partagez!