lundi 20 novembre 2017

La maison de Petichet - Evelyne Dress

La maison de Petichet - Evelyne Dress

Deux sœurs, Alma et Jessica – rivales mais inséparables, éprises de vérité mais capables de tous les mensonges –, sont unies au point d’aimer le même homme, Jacques.

D’été en été dans la maison familiale, on rit, on pleure, on chante, on crie, on se jette tout à la figure, objets, insultes, « csardas », les remords valant mieux que les regrets.

Un roman plein de vie, d’optimisme lucide.
« Comme Alma, la narratrice, ma grand-mère hongroise avait une maison à Petichet, un hameau à 30 km de Grenoble. Nous nous y retrouvions chaque été pour des vacances en famille. J’étais toute petite et amoureuse du jeune homme du bout du chemin… L’autobiographie s’arrête là. » Evelyne Dress




Je souhaite tout d'abord mentionner que j'ai été surprise par la richesse du contenu de ce roman pour le peu de pages qu'il contient. Evelyne Dress est une auteure que je ne connaissais pas, mais que j'ai eu le plaisir pour la première fois de découvrir dans cette saga familiale.

Son style d'écriture est à la fois prenant sans être pour autant compliqué. Les mots sont choisis pour aller à l'essentiel. Sous une apparence brute, il y a pourtant quelques notions à tirer de ce roman et c'est justement par ce choix de vocabulaire que l'on parvient à vraiment assimiler le message de l'auteure. C'est un style que je n'ai pas l'habitude de lire, mais que j'ai pris plaisir à découvrir.

Le personnage principal est Alma. L'histoire familiale concerne majoritairement son point de vue à elle et ses relations avec sa sœur Jessica et l'élu de son cœur depuis sa jeunesse, Jacques. À travers cet amour obsessionnel qu'elle entretient envers Jacques, on découvre des valeurs familiales qui sont typiques de la période d'après guerre. Les personnages sont vraiment bien caricaturés pour correspondre à l'époque. On y retrouve des hommes qui ont le pouvoir dans le maison et des femmes qui doivent obéir sans mentionner leur opinion. Cependant, plus les années avancent, plus cela va changer. Vous le verrez avec le personnage de Fanny. Bien que le roman soit court, j'ai trouvé que les personnages étaient suffisamment explicités pour donner un poids subséquent à la trame narrative.

L'intrigue est ce qui m'a le plus plu. À la fois difficile à supporter, mais en même temps si réaliste, la relation entre la famille d'Alma et celle des Trenchaud est complexe. Tout le roman est basé sur la différence de classes entre les deux familles et les idéaux propres à l'époque. Un triangle amoureux malsain se tisse entre Jacques, Jessica et Alma, sans compter que la situation ne doit jamais être ébruitée. Les conventions sociales sont constamment au cœur de l'intrigue et l'auteure prend soin d'axer ses descriptions sur les moments les plus sensibles notamment les états d'âme d'Alma et les périodes qu'elle passe en compagnie de Jacques.

Je vous conseille fortement la lecture de ce roman. Il dresse un portrait représentatif des familles à l'époque ainsi que des tabous au cœur des malaises familiaux.

Laurence.

Éditions Glyphe - Littérature contemporaine - 220 pages

1 commentaire:

  1. Pas fan de romans familiaux, je passe mon tour malgré tout le bien que tu en dis.

    RépondreSupprimer

Laissez-moi une trace de votre passage!

Recevoir les prochains articles par mail

* obligatoire

Partagez!