dimanche 8 octobre 2017

Les hautes lumières - Xavier de Moulins

Les hautes lumières - Xavier de Moulins

C’est une histoire d’amour entre ombre et lumières, celle qui unit Nina, la coiffeuse de Bondy, à son mari Tahar, le chauffeur de taxi marocain.
C’est l’histoire d’un combat  : Nina ne parvient pas à tomber enceinte, mais est prête à tout pour devenir mère. Ayant adopté avec Tahar un petit garçon au Maroc, elle se heurte à l’administration, qui refuse qu’il soit ramené en France.
C’est l’histoire de désirs qui s’entrechoquent  : pendant que la jeune femme, à El Jadida, se bat pour aller au bout de l’adoption, Tahar, resté à Paris, s’éprend d’une photographe qui lui propose son aide afin de rapatrier l’enfant clandestinement…
Une terrible course contre la montre s’engage alors  ; dans cette course, certains s’effondreront juste avant la ligne d’arrivée, d’autres parviendront à leurs fins – mais à quel prix  ?
Tous, du moins, auront couru un risque  : le risque d’aimer.
Dans ce roman rythmé et saisissant, Xavier de Moulins interroge la puissance destructrice de nos désirs, l’ambivalence des êtres et l’ironie du sort. 


Je remercie les éditions JC Lattès pour cette très belle lecture!

Mon avis : Avec "Les hautes lumières" je découvre la plume de l'auteur. Et quelle plume! J'ai trouvé que c'était très bien écrit, avec des personnages tellement réalistes. Je pense que cette histoire restera longtemps dans ma mémoire tant elle décrit de dures réalités sur la vie de couple, la PMA et l'adoption.
Dès les premières lignes, j'ai compris qu'un drame allait se nouer. J'ai alors pensé que ce prologue représentait le dernier chapitre du livre mais au fil des pages, un indice se répétant m'a fait douter car un don de clairvoyance aussi fort serait plutôt improbable. Du coup, j'étais encore plus curieuse de poursuivre ma lecture pour connaître le fin mot de l'histoire. 
Je me suis vraiment attachée à ce couple en mal d'enfant. 
Nina est une battante qui ne baisse jamais les bras. Elle aime Tahar depuis 10 ans mais après l'échec de toutes ses FIV, elle serait prête à renoncer à son couple pour ne pas priver son compagnon des joies de la paternité. Surtout que dans la famille marocaine de ce dernier ne pas avoir d'enfant est très mal vu. J'ai eu beaucoup d'empathie et d'admiration pour son courage et sa détermination à devenir mère coûte que coûte quitte à y laisser sa santé à cause des prises d'hormones à répétition, son couple, et ses économies dans de coûteux billets d'avion vers le Maroc.
Tahar quant à lui est attachant car un peu paumé. Il ne sait plus trop comment réagir face à Nina et surtout face à sa mère qui lui met la pression car un couple sans enfant, ça n'existe pas. Les difficultés de faire une adoption en règle lui font se demander si finalement c'est bien cela qu'il désire. Il aurait beaucoup plus de facilité à baisser les bras que Nina. De plus, les hasards de la vie lui auront fait rencontrer Françoise une photographe juste au moment ou il est plein de questionnements face à son avenir. Et cette rencontre ne va pas faciliter ses prises de décisions (Je ne spolie pas, c'est marqué sur la quatrième de couverture). D'ailleurs même si Françoise était là pour mettre un peu de piment au roman, j'avais envie qu'elle reparte aussi vite qu'elle est apparue. Elle m'a énervée au plus haut point car malgré l'aide qu'elle propose à Tahar, elle devrait bien comprendre qu'on ne fréquente pas un homme marié et encore moins lorsqu'il attend le retour du Maroc de sa femme et de son enfant.
La fin m'a littéralement scotchée mais je ne sais pas si finalement celle imaginée dans le prologue n'aurait pas été préférable...
Vous l'aurez compris, ce roman est un coup de cœur de la rentrée littéraire. Je recommande à 200%!

Extrait : "Depuis toutes ces années qu’ils cherchent à faire un enfant.
Dix ans tout rond. Très vite après leur rencontre en 1995. Les mains de Tahar posées sur le ventre de Nina. D’abord une idée simple dans la fusion des débuts, l’absolue certitude de s’être trouvés. Le tourbillon, le désir, les corps emmêlés, la décision prise sur l’oreiller dans les rires de la nuit : ne plus faire attention, oublier la contraception, laisser la vie décider. Peu importe le moment. Avant le mariage, dans le désordre de la passion. Jusqu’à ce qu’ils réalisent que parfois la vie ne pousse pas sous les sabots d’un cheval. Que c’est plus compliqué quand il s'agit de la donner ; que l’amour ne suffit pas toujours, ni même l’envie.
Dix ans tout rond.
Tout ce temps à laisser faire, avant de prendre les choses en main. Dix ans qu’ils y pensent, qu’ils se cognent contre la vitre de leur rêve. Dix ans qu’ils essaient : devenir parents.
Tahar a pris le pli, le pli des mauvais rêves aussi. Ça a commencé après la deuxième FIV. C’est toujours le même cauchemar. Nina saute avec son fils par la fenêtre d’une tour.
Il ne lui en a jamais parlé. Ce n’est pas son genre d’ébruiter ces choses-là. Ne pas s’ouvrir, garder le silence. C’est son secret. Ce matin, alors qu’il reprend ses esprits, il espère seulement que c’est la dernière fois. Dans le salon de leur petit pavillon, l’odeur du café le rassure."

Éditions JC Lattès - Littérature contemporaine - Drame - 356 pages

4 commentaires:

  1. Il faudrait que je fasse une liste des livres à acheter quand ils sortiront en poche...
    Bonne semaine.

    RépondreSupprimer
  2. Malgré tout le bien que tu en dis, je ne suis pas te,té par l'histoire de ce roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si les précédents sont aussi bien écrits, mais ça vaut le coup de découvrir je pense!

      Supprimer

Laissez-moi une trace de votre passage!

Recevoir les prochains articles par mail

* obligatoire

Partagez!