mardi 27 septembre 2016

Huit mois pour te perdre - Marie-Diane Meissirel

Huit mois pour te perdre - Marie-Diane Meissirel
Synopsis : « —     Eh bien, tu l’aimes, ce gosse, on pourrait croire que c’est le tien ! Tu devrais faire attention de ne pas trop t’y attacher, il pourrait bien te briser le cœur ce petit ! »
Emma est française, expatriée en Croatie, elle y conseille le ministère de la justice. Dunja est croate. À soixante ans, elle aimerait prendre sa retraite mais doit travailler pour gagner sa vie et entretenir son fils musicien. Les deux femmes ont un lien : le bébé d’Emma, Bruno, dont Dunja est la nourrice. Alors qu’Emma s’absente souvent pour son travail, Dunja et Bruno fusionnent et l’amour de Dunja pour l’enfant ne cesse de grandir. Le quotidien de ces trois personnages n’est pas parfait, mais ils ont trouvé un certain équilibre. Jusqu’au jour où Emma, rentrant de voyage, apprend que son appartement a été cambriolé et que Bruno et Dunja ont disparu. Ces deux événements pourraient-ils être liés au passé d’Emma qui a longtemps travaillé sur les questions de crimes de guerre dans la région ? Qu’est-il arrivé à Bruno et Dunja? Emma arrivera-t-elle à les retrouver à temps ?
Un roman à deux voix où le talent d’écriture de l’auteur nous fait entrer dans l’intimité de deux mères en difficulté et nous transporte dans un pays qui, à l’heure d’intégrer l’Union européenne, porte encore les stigmates du conflit yougoslave.

Je remercie Eric Poupet et les éditions Daphnis et Chloé pour l'envoi de ce livre.

Mon avis : Jamais déçue par les publications des éditions Daphnis et Chloé, c'est avec grand plaisir que je me suis plongée dans cette nouvelle parution, d'autant que l'intrigant synopsis laissait présager une lecture forte en émotions. (Ce qui a été le cas!). Ce troisième roman de Marie-Diane Meissirel, est inspiré de sa vie en Croatie et aborde le délicat sujet de la conciliation entre maternité et carriérisme.
En effet, Emma est une jeune expatriée française en Croatie qui a fait le choix de privilégier sa carrière professionnelle au détriment de Bruno, son fils qu'elle confie à Dunja, lors de ses absences. Elle a beaucoup de mal a accepter le fait de se retrouver seule à élever ce bébé qui ressent tellement fort ses frustrations  qu'il  lui retourne son mal être en étant colérique et capricieux. Le choix de le laisser à la nounou est donc pour Emma une solution de facilité et un moyen de se détacher de ses problèmes relationnels avec son fils. Connaissant les difficultés relationnelles entre Emma et Bruno, Dunja va alors se croire investie d'une mission de protection et d'amour envers Bruno dépassant largement le cadre de son rôle de nounou...
Même si ce choix de vie d'Emma parait difficile à comprendre pour une lectrice, je l'ai trouvée très attachante. Et c'est d'ailleurs - pour moi -le gros point fort de ce livre : on s'attache aux deux protagonistes malgré leurs travers car l'auteure nous fait découvrir petit à petits les moments douloureux traversés par chacune qui font ce qu'elles sont devenues aujourd'hui : l'une carriériste et égocentrique, l'autre possessive et exclusive mais au cœur tellement grand.
Pour parvenir à nous faire ressentir les émotions de ces deux femmes perdues dans leurs vies et leurs sentiments dont les caractères  sont diamétralement opposés, l'auteure alterne les chapitres entre la narration de Dunja et celle d'Emma, ce qui nous permet d'avoir  les points de vue des deux femmes vis à vis des événements qui s'enchaînent de plus en plus vite au cours du livre pour notre plus grand bonheur. 
Un livre très court mais intense en émotions que je recommande!

Extrait : "Ce choix de garder mon bébé, je l’ai fait seule et je l’assume seule…
Enfin, c’est ce que je pensais avant de réaliser que j’en étais incapable. J’ai volontairement laissé la place à Dunja, elle remplit si bien mes vides de tendresse, de patience et de gaieté, et peut-être même d’amour.
C’est moi qui ai laissé partir Bruno, je l’ai laissé glisser loin, très loin. Ne plus entendre ses pleurs, ne plus voir ses colères, ne plus être responsable, je l’ai tant souhaité ! Des mois que je m’enfonce ce clou de culpabilité dans le cœur et que je guette un sursaut d’instinct maternel. Comment la maternité peut-elle être si cruelle? Comment un enfant peut-il devenir le miroir d’une face obscure et insoupçonnée? Comment donner la vie peut-il rendre si égoïste et pessimiste, transformer au point de ne plus se reconnaître? À qui appartiennent cette voix qui crie sur un si petit enfant, ces lèvres qui craignent de l’embrasser, ces mains qui n’arrivent pas à le câliner et ce regard qui ne s'émerveille plus de ses sourires?"

Éditions Daphnis et Chloé - littérature contemporaine - 173 pages

2 commentaires:

  1. Oh ça doit être une très belle lecture ! :)
    Je note, d'autant plus que je ne connaissais pas cette maison d'édition, alors merci pour ces découvertes ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour l'instant leurs publications ne m'ont jamais déçue..

      Supprimer

Laissez-moi une trace de votre passage!

Partagez!