mardi 15 décembre 2015

Zombie nostalgie - Oystein Stene

Zombie nostalgie - Oystein Stene
Synopsis : Au milieu de l’océan Atlantique se cache une petite île dont les services de renseignements américains et européens ont gardé secrète l’existence depuis la Première Guerre mondiale. Les cartes officielles ont été manipulées et le moindre esquif qui s’approche est coulé.
En janvier 1989, un homme se réveille nu dans un hangar sur l’île. Sa peau est grisâtre, son corps froid, ses membres gourds. Il ne sait ni où il est, ni comment il a atterri là. Fait encore plus troublant : il n’a aucune idée de qui il est. Pris en charge par le service d’accueil de l’île de Labofnia, il comprend que son arrivée n’a rien d’exceptionnel. Depuis toujours, les futurs Labofniens surgissent spontanément sur l’île. Ils ignorent leur identité, n’ont aucun souvenir de leur vie antérieure, n’éprouvent aucun désir, aucune émotion. Leur vie n’est pas régie par le sommeil ou la nourriture. Perdus, ils s’abandonnent à une pathétique pantomime en imitant le comportement des vivants. Mais certains refusent de renoncer au rêve de pouvoir un jour ressentir, même si le moyen d’y parvenir défie toute notion d’humanité…

Mon avis : Je n'avais jamais lu d'histoires de zombies mais la couverture et le fait que ce livre écrit par un norvégien (j'aime beaucoup la littérature scandinave) et soit publié par une maison d'édition généraliste m'ont convaincue de tenter l'expérience. Et je ne regrette absolument pas!
Johannes van der Linden se réveille dans une salle de bâtiment municipal sur une île étrange appelée Labofnia. Il ne se souvient absolument de rien de sa vie passée ni même s'il en a eu une. Dès son arrivée, un nom, un prénom, un emploi ainsi qu'un logement lui sont attribués. Mais avant de vivre normalement comme les autres labofniens, il lui faut s'habituer à sa "nouvelle?" apparence : sa peau est grise et froide et il ne ressent plus rien (ni émotions ni douleur ni froid...) et éprouve la plus grande difficulté à coordonner ses mouvements. Embauché au service des  archives de la ville, il va petit à petit découvrir cette île mystérieuse et ses étranges concitoyens dont certains semblent plus humains que d'autres... 
Deux éléments ont fait que j'ai été scotchée à ce livre :
Premièrement, deux histoires s'alternent et se rejoignent au fil des chapitres : Celle de Johannes et celle de l'île de Labofnia du XVIIème siècle à aujourd'hui telle que décrite dans les archives. Si l'on constate qu'au fil des siècles de nombreux navigateurs ont accosté par erreur sur cette île, on se demande pourquoi son existence n'a jamais été officielle sur les cartes...Et c'est grâce au travail de Johannes qu'on va le découvrir.
Et deuxièmement, l'histoire de Johannes en elle même et de ses découvertes à propos de l'île et de ses habitants m'a captivée. J'aime les livres dans lesquels les auteurs s'amusent à imaginer de nouvelles sociétés aux modes de fonctionnement totalement différents du notre. J'ai apprécié le fait que les labofniens respectent et tirent parti des prédispositions de chaque individu à exercer tel ou tel métier et à vivre de telle ou telle manière.   A son arrivée, chaque personne subit des tests dont les résultats déterminent leur vie future. " Votre nom est Johannes van der Linden. Votre numéro d’identité nationale est le 2202198917. Vous bénéficiez d’une habilitation de sécurité de niveau B. Votre métier : documentaliste aux archives municipales de Labofnia. Vous commencerez demain, à 8 heures précises. [...] Nous estimons que ce métier correspond à vos connaissances et à vos qualités. Vous êtes méticuleux, fiable, discret, vous aimez l’ordre et la précision. Votre profil révèle un goût pour la logique et le classement. Tout cela est excellent ; veillez seulement à ne pas en tirer vanité. "
J'ai aussi aimé suivre les réflexions de Johannes sur sa nouvelle condition, la recherche de ses origines et son envie d'une vie meilleure.
Un livre que je recommande donc aux lecteurs qui voudraient découvrir le genre sans passer par la littérature pour adolescents.

Zombie nostalgie

Extrait : "Un réveil brutal à Labofnia, c’est comme un réveil brutal dans n’importe quel autre lieu. La différence réside dans ce qui vient après – dans le bref instant où on récupère ses esprits.
D’habitude on reconnaît certains bruits, certaines voix, la texture des draps, on ouvre les yeux et on retrouve les objets de la veille. Le pantalon, le pull, les chaussettes. Le lit, la table de nuit, l’armoire, les étagères, le sol, le tapis.
Des repères qui répondent à des questions élémentaires : qui, quoi, où et comment.
Le passé se remet en place, simplement et sans effort, aussi spontanément que vous vous êtes réveillé. Vous savez qui vous êtes, pourquoi vous êtes là. Dans des cas plus rares, quand vos questions restent sans réponses, vous en devinez la raison. Vous avez été victime d’un accident, vous étiez ivre, vous êtes en état de choc. À un moment, vous découvrirez bien un indice qui vous aidera à trouver une explication. Un fil d’Ariane. Qui vous conduira quelque part.
Celui qui se réveille à Labofnia n’a pas ces repères.
Moi, j’ouvris les yeux dans une réserve de la mairie. À moitié couché par terre, au milieu de cartons, dans une position bizarre. La main droite coincée entre deux boîtes gris-brun à la surface légèrement rugueuse. La tête appuyée contre une étagère en métal. Les fesses reposant sur le béton glacial du sol. Et tout de suite : la volonté de trouver une explication. D’imaginer un passé."

Éditions Actes Sud collection Exofictions - Post apocalyptique - 300 pages

10 commentaires:

  1. Pas sûr que ce soit mon genre.
    Je crois que je vais passer...
    Bonne fin de soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends! Je voulais découvrir et ça m'a plu, ce qui ne veut pas forcément dire qu'une histoire de zombie "classique" me plairait. ^^

      Supprimer
  2. Moi par contre, je pense que c'est totalement mon genre. En revanche, je me demandais si l'histoire tourne autour des zombies ou bien le fait que ce soit des zombies n'est pas spécialement important (ça aurait pu être des gens normaux)? J'espère m'être fait comprendre ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, ça ne pourrait pas être des gens normaux car ils ont un drôle de comportement et ont du mal à se mouvoir...

      Supprimer
  3. Une histoire de zombies : j'aurais fuit !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais là, ce n'est pas une histoire pour adolescents... ^_^

      Supprimer
  4. Un roman avec des zombies, hé hé, mais c'est pour moi !!! Le post-apo j'adore ^^ Merci pour la découverte :)

    RépondreSupprimer
  5. Ça à l'air original, ça me fait bien envie !

    RépondreSupprimer

Laissez-moi une trace de votre passage!

Partagez!