vendredi 17 juillet 2015

Une vie sans enfance, sans justice - David Frison

Une vie sans enfance, sans justice - David frison
Synopsis : Un gamin qui débarque dans ce monde, dans la haine, la honte et la violence, mais surtout la misère et le mépris. Il n'a rien demandé et, déjà, on veut l effacer. À six ans, il doit faire vivre sa famille qui, pour toute reconnaissance, lui offre des coups. On le veut mort. Sa situation va lui amener des amitiés inimaginables de nos jours, fidèles jusqu au bout. Son sens des affaires, qui va avec son insouciance d'enfant, va en faire une personnalité redoutée. On l'adore ou on le déteste, il n'y a pas de demi-mesure. À quatorze ans, vient l'amour avec un grand A, qui le conduit vers un destin hors du commun. Un an plus tard, il prend les armes pour continuer à parler d'amour et de justice. Cet enfer en fait un guerrier. Né dans une famille très proche de la misère et de la honte, l auteur aurait dû être agriculteur et entrepreneur agricole. Mais on ne lui a pas laissé le choix. Sa vie d'enfant lui a permis d'apprendre à écouter son cœur, à faire ses propres choix. Il était la haine mais, poussé par le vent, sa colère s'est modifiée, elle est devenue paix. Après de nombreuses complications médicales qui ont failli lui coûter la vie, l auteur se décide aujourd'hui à partager le saisissant récit de son vécu.

Je remercie les Éditions Baudelaire pour l'envoi de ce livre.

Mon avis : J'avoue que cette lecture me laisse sans voix! J'ai d'ailleurs longtemps hésité avant de publier cette chronique par respect pour le travail de l'auteur, mais, pour moi, il y a un énorme problème de style! (cf les extraits ci-dessous).
Ces répétitions de "je lui ai dit", "je dis", "j'ai demandé", "elle me répond" (et j'en passe) m'ont profondément agacée. Je pensais que le style était temporaire car l'auteur racontait son enfance, mais non, ce sont les mêmes répétitions à chaque phrase au long des 480 pages. J'ai d'ailleurs abandonné ma lecture à la fin du premier tiers.
Et c'est dommage car je pense que l'histoire aurait pu me plaire! Je me suis pourtant accrochée, mais même la narration était lente, répétitive.
J'admire néanmoins David Frison d'avoir le courage de nous parler de son enfance difficile avec ses nombreux frères et sœurs, ses corvées quotidiennes, les brimades et son beau-père. Très jeune, il affichait déjà la volonté de s'en sortir et d'aider.
Et vous, auriez-vous réussi à lire un livre au style aussi "surprenant"?

Une vie sans enfance, sans justice - L'enfance

Extraits : "Je lui dit je suis revenu, elle me dit tant mieux. Je dis à Olivier tu diras merci à Jack, il me dit tu lui diras toi même."
"Je lui dis que depuis ce matin j'avais deux portées de lapins et que mon frère m'avait tout appris avant d'aller faire du fromage. L'abbé dit il faut que je vois de mes yeux. Je lui répondis que c'était quand il voulait et il répondit maintenant. Ma mère dit et le dessert? Il dit qu'on revenait et que ça allait faire descendre le reste, comme ça. Je demandais à Céline de venir nous voir si elle voulait. Elle vint que je dis au curé que c'était grâce à elle si maintenant on était une famille."

Éditions Baudelaire - Témoignage - 480 pages

16 commentaires:

  1. J'ai déjà lu des livres que je trouvais mal écrits. J'en avais d'ailleurs parlé sur mon blog et l'auteure avait réagi de façon un peu virulente!
    Je lui ai proposé de relire son manuscrit suivant mais elle a décliné l'offre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour l'instant pas de réaction ni de l'éditeur ni de l'auteur.... Mais peut être que ce problème ne gêne que moi...

      Supprimer
    2. Non ce problème ne gêne pas que toi, j'ai eu du mal à lire l'extrait que tu cites. J'imagine que ça doit être difficile de donner son avis quand on accroche pas du tout. Merci pour ta chronique honnête ^^.

      Supprimer
  2. L'écriture est vraiment importante dans ce type de roman. Le sujet semble intéressant et très personnel mais le style répétitif pourrait me bloquer : à voir donc ! :)

    RépondreSupprimer
  3. Perso, si le style me déplaît : j'abandonne... C'est d'ailleurs ce qui m'est arrivé il y a peu de temps !
    Ne soit pas gênée de ne pas aimer un style : "on" ne peut pas plaire à tout le monde...
    Bon vu, l'extrait : je ne me serai pas entêtée à terminer ce roman, non plus !
    ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tu as bien raison! Si je me suis forcée c'est uniquement par ce que c'est un partenariat....

      Supprimer
  4. Effectivement, je pense que vu les extraits, le style m'aurait beaucoup dérangé!

    RépondreSupprimer
  5. Désolée que ça n'ait pas bien marché mais je peux comprendre pourquoi, ça aurait été pareil pour moi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai pourtant essayé mais ces répétitions à chaque phrase tout au long du livre, c'est trop!

      Supprimer
  6. Quand le style me rebute, je poursuit rarement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil pour moi, mais vu que c'était un partenariat, j'ai quand même essayé de jouer le jeu jusqu'au bout...

      Supprimer
  7. Le sujet me semblait pourtant très intense et douloureux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais là, je n'ai pas du tout accroché à cause du style!

      Supprimer

Laissez-moi une trace de votre passage!

Partagez!