mardi 7 juillet 2015

Une putain d'histoire - Bernard Minier

Une putain d'histoire - Bernard Minier
Synopsis : Une île boisée au large de Seattle...
"Au commencement est la peur. La peur de se noyer. La peur des autres, ceux qui me détestent, ceux qui veulent ma peau. Autant vous le dire tout de suite : Ce n'est pas une histoire banale. Ça non. c'est une putain d'histoire. Ouais, une putain d'histoire... "

Mon avis : Chaque thriller de Bernard Minier est pour moi un excellent moment de lecture, et celui-ci n'a pas dérogé à la règle!
Cette "putain d'histoire", c'est celle d'Henry, un adolescent de 16 qui vit sur Glass Island, une petite île isolée de tout et loin d'être paradisiaque notamment à cause de son climat. Avec son petit groupe d'ami, ils prennent le ferry tous les jours pour aller au lycée et son enfer commence lorsque sa petite amie Naomie disparaît lors du retour en bateau  et est retrouvée morte quelques heures plus tard sur une plage de l'île. Et la mère de cette dernière a elle aussi disparu. Après visionnage de la vidéo surveillance du bateau, il apparaît qu'Henry est le dernier à l'avoir vue vivante et qu'en plus ils se sont disputés. Tout accable le jeune homme nouvellement arrivé sur l'île avec ses deux mamans Liv et France. Certains détails mettent la puce à l'oreille de la police particulièrement le fait qu'on ne sache rien de ses deux mères et qu'elles lui interdisent de fréquenter les réseaux sociaux. Sa liberté menacée, Henry mène lui même sa propre enquête pour tacher de se déculpabiliser et heureusement qu'il peut compter sur sa bande d'amis Charlie, Kayla et Johnny.
Une autre intrigue alterne les chapitres : celle de Grant Augustine et de son homme de main et ami Jay. Grant prépare son élection de gouverneur de son État. Cette histoire de meurtre et disparition sur Glass Island dont la presse parle va petit à petit le mettre sur la piste de quelque chose (ou quelqu'un) qu'il cherche depuis plusieurs années...
Même si la façon de penser et de parler comme un ado de Henry m'ont parfois un peu rebutée, il reste mon personnage préféré car finalement, face à l'adversité, il fait preuve de beaucoup de courage et les événements vont lui donner petit à petit plus de maturité.
Deux intrigues en huis clos qui font réfléchir sur le danger du tout numérique.
Un thriller à l'américaine qui change radicalement du Sud Ouest de la France où se situent habituellement les histoires de Bernard Minier. Le style change aussi : Henry étant le narrateur de l'histoire, l'auteur a intentionnellement utilisé un langage plus cru qui convient mieux à un adolescent de 16 ans, d'où certainement le titre "Une putain d'histoire"
Et ce livre, c'est justement une putain de bonne histoire avec une fin inattendue et en apothéose et de nombreux rebondissements que je vous recommande!

Extrait : "Je m’appelle Henry Dean Walker.
J’aime les livres,
les films d’horreur,
les orques et Nirvana
et j’ai seize ans.
Je vis sur Glass Island, une île au nord de Seattle, à quelques milles marins du Pacifique, à l’ouest de Bellingham et du comté de Whatcom, dernière étape avant la frontière américano-canadienne. Elle appartient à un archipel, les San Juan, qui compte sept cent cinquante îles et îlots à marée basse et plus d’une centaine à marée haute. Semés comme une chaussée rocailleuse et couverts de forêts, de petits ports pittoresques et de routes. Toujours des routes : accrochées aux corniches, surplombant estuaires et bras de mer, sinuant tels des ruisseaux dans nos forêts profondes – une vision de l’Amérique.
Ici, les ferries les prolongent. Et, à la place des requins, on a des orques. En hiver, au printemps et à l’automne, il pleut. Ou bien le brouillard est si épais qu’on ne voit pas la côte, ni même la cime des sapins, encore moins celles, enneigées, de la chaîne des Cascades, cent kilomètres plus à l’est. En été, il pleut aussi – mais moins.
[...]
Mais une fois les touristes repartis, Glass Island retrouve son calme. Et sa promiscuité… Ici, tout le monde connaît tout le monde. On est entre soi. C’est une des particularités de notre île : contrairement à Seattle ou à Vancouver, ou même à Bellingham, les gens d’ici laissent leur porte ouverte quand ils vont faire leurs courses, et même parfois quand ils dorment. "

A lire aussi

Éditions XO - Thriller - 524 pages

15 commentaires:

  1. Ce Minier était excellent, j'étais heureuse que cela se déroule dans un endroit différent avec des personnages différents ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ça change un peu mais j'ai quand même envie de retrouver le commandant Servaz!

      Supprimer
    2. Oui moi aussi, je me suis attachée à lui et à sa fille ^^

      Supprimer
  2. Il faudra donc que je découvre cet auteur que je ne connais pas du tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te conseille "Glacé" jusqu'à maintenant, c'est mon préféré!

      Supprimer
  3. c'est toujours sympa d'avoir une fin comme ça. J'ai entendu de jolies choses du roman

    RépondreSupprimer
  4. J'avais trouvé le titre un peu moyen, mais finalement, j'ai beaucoup aimée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu dis, le titre est un peu osé quand même!

      Supprimer
  5. Apparemment tu as aimé ! Ce livre semble intéressant. Prenant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et j'ai adoré l'ambiance d'île perdue arrosée par les pluies...

      Supprimer
  6. Un auteur que je souhaite découvrir (parmi tant d'autres, raaaaaaaa les jours ne sont pas assez longs)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que je me dis chaque jour : il faudrait des journées de 26 heures...^_^

      Supprimer
  7. l'ambiance est bien rendue, l'intrigue bien ficelée, mais j'ai moins accroché que prévu :/
    je reconnais par contre que je n'avais pas vu venir la fin!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ce n'est effectivement pas le meilleur mais j'ai beaucoup aimé quand même!

      Supprimer

Laissez-moi une trace de votre passage!

Partagez!