lundi 20 juillet 2015

Et je danse, aussi - Bondoux et Mourlevat

Et je danse, aussi - Bondoux et Mourlevat
Synopsis : La vie nous rattrape souvent au moment où l’on s’y attend le moins. Pour Pierre-Marie, romancier à succès (mais qui n’écrit plus), la surprise arrive par la poste, sous la forme d’un mystérieux paquet expédié par une lectrice. Mais pas n’importe quelle lectrice ! Adeline Parmelan, « grande, grosse, brune », pourrait devenir son cauchemar… Au lieu de quoi, ils deviennent peu à peu indispensables l’un à l’autre. Jusqu’au moment où le paquet révèlera son contenu, et ses secrets... Ce livre va vous donner envie de chanter, d’écrire des mails à vos amis, de boire du schnaps et des tisanes, de faire le ménage dans votre vie, de pleurer, de rire, de croire aux fantômes, d’écouter le Jeu des Mille Euros, de courir après des poussins perdus, de pédaler en bord de mer ou de refaire votre terrasse. Ce livre va vous donner envie d’aimer. Et de danser, aussi !

Mon avis : Je ne suis d'habitude pas vraiment fan des romans épistolaires, mais là, c'est originalité de la couverture qui a guidé mon choix. Et je n'ai pas été déçue car il y a une vraie intrigue : l'enveloppe envoyée par Adeline Parmelan à l'écrivain Pierre-Marie Sotto. De plus, le fait que les échanges entre les protagonistes se fassent exclusivement par mail rajoute de la modernité, du coup, le style est beaucoup moins pompeux qu'il aurait pu l'être avec des courriers postaux. Et la rapidité du courrier électronique donne beaucoup plus de rythme à l'histoire car  plusieurs mails peuvent être envoyés chaque jour.
Tout au long du roman, j'avais hâte de savoir ce que contenait la fameuse enveloppe. Je m'imaginais plein de choses mais au final, j'étais loin du compte et ce fut une belle surprise.
J'ai apprécié Adeline Parmelan, une femme seule qui n'hésite pas à se dévoiler à son correspondant en lui racontant ses expériences quotidiennes ou sentimentales réussies ou malheureuses. Par contre, elle a une légère tendance à travestir la réalité pour la rendre plus belle (mais sans se mettre en avant elle-même) et ainsi maintenir l’intérêt de Pierre-Marie Sotto. Ce sont justement ces traits de caractère qui m'ont plu.
Pierre-Marie Sotto, quant à lui m'a parfois un peu énervée. C'est un écrivain seul lui aussi, parfois mufle avec les femmes. Il est devenu égoïste depuis que Véra, sa quatrième femme est partie sans laisser d'adresse. En mal d'inspiration, il voit finalement une bonne distraction dans cette correspondance. Petit à petit, il a besoin d'en savoir plus sur Adeline. Il aime lui poser des questions ou lui donner des conseils et, au fil des pages leurs échanges semblent devenir vitaux pour l'un comme pour l'autre.
Concernant les  autres personnages : Oliver, Josy, Max, et Lisbeth, j'ai trouvé que leurs rôles ne servaient pas à grand chose et qu'ils étaient un peu superflus au récit mais j'ai tout de même apprécié les suivre.
Ce livre écrit à quatre mains a débuté par un échange de mails complètement improvisés et farfelus entre les deux auteurs. Ils ne devaient alors certainement pas imaginer qu'ils se prendraient au jeu au point de s'inventer chacun un personnage et de le faire vivre sans concertation pendant plus de 6 mois. Ils ont dû  bien s'amuser!
Une lecture idéale pour l'été!

Et je danse, aussi

Extrait
"De : Pierre-Marie
        À  : Adeline
        Le 27 février 2013
        Chère Adeline,
        Rempochez (ça se dit ?) vos scrupules. Vous ne me dérangez pas. Votre courrier n’était pas trop long. Si encore j’étais plongé dans l’écriture de mon meilleur roman, alors oui je pourrais m’agacer. Cela m’est souvent arrivé, et je rêve que cela recommence : être tellement dans son travail qu’on considère tout le reste comme une insupportable perte de temps ! Quand l’écriture galope ainsi, je vous jure que c’est une incomparable jubilation. Mais hélas, j’en suis loin en ce moment. Je ne suis plongé dans aucun projet littéraire. C’est la pétole (absence de vent dans l’argot de la navigation). Et cette liberté totale que vous m’enviez, j’y renoncerais volontiers, je la déteste. Je préférerais de loin être ensorcelé par moi-même, pris dans une histoire haletante que je serais en train d’inventer. Mais non, rien, le silence. Pas un souffle d’air. Bon, j’arrête là. Je ne veux pas vous ennuyer avec mes soucis. Je préfère vous dire (allez, j’ose !) que je suis content lorsque je vois apparaître votre nom dans mon courrier électronique.
"

Éditions Fleuve - Épistolaire - 280 pages

16 commentaires:

  1. J'ai bien aimé ce livre mais le côté épistolaire m'a un peu bloquée ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca ne m'a pas dérangée... j'admire même ces échanges improvisés !

      Supprimer
  2. Celui-là, je le lirai quand il sortira en poche. Rien ne presse; je ne suis pas à cours de lecture!
    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  3. Oh ça a l'air assez sympa pour l'été tu as raison. J'ai lu un livre de Bondoux que je crois avoir aimé du coup il faudrait que je tente quelque chose d'autre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celui-ci est un peu particulier puisque c'est un roman épistolaire mais je pense qu'il pourrait te plaire aussi!

      Supprimer
  4. J'ai adoré ce titre, vraiment très sympathique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, et on a hâte de savoir le fin mot de l'histoire!

      Supprimer
  5. A la différence de toi, j'apprécie les romans épistolaires, mais ici je ne suis pas trop emballée par l'histoire.

    RépondreSupprimer
  6. Il est dans ma PAL, il me tarde de le lire vu les bons avis que je vois :)

    RépondreSupprimer

Laissez-moi une trace de votre passage!

Recevoir les prochains articles par mail

* obligatoire

Partagez!