mercredi 17 juin 2015

Les crèvecoeur (T3 - Germain) - Antonia Medeiros

Les Crèvecoeur (T3) - Germain - Antonia Medeiros
Synopsis : Une fois encore, l’histoire de Germain Crèvecœur semble étroitement liée à la grande Histoire du monde. Mais, otage d’un conflit allemand dans lequel on exploite son talent, et témoin d’un amour contre nature dans lequel il joue les héros malgré lui, il ne pense qu’à assouvir sa passion pour les souliers féminins. Afin qu’elle survive au chaos de l’humanité, Germain signera un pacte avec le diable et acceptera même de revenir dans son antre. Il percera alors le mystère de sa naissance.
De ses jeux de séduction sulfureux à la mélancolie de son cœur solitaire, ce prodigieux chausseur pour dames nous entraîne dans le souffle de la guerre autant que dans le tourbillon de son génie créatif.
Germain est le troisième volet de cette épopée familiale.

Je remercie de nouveau Antonia Medeiros ainsi que les éditions La Bourdonnaye pour la suite de cette intrigue familiale! 

Je remercie de nouveau Antonia Medeiros ainsi que les éditions La Bourdonnaye pour la suite de cette intrigue familiale!  - See more at: http://www.envies-de-livres.fr/2015/03/les-crevecoeur-romain-t2-antonia-medeiros.html#sthash.tm57ceGb.dpuf
Mon avis : Quel plaisir de retrouver la suite de cette saga aux personnages si intrigants! Encore une fois, je suis conquise. Dans ce tome, certaines questions  en suspens à la fin du tout premier livre trouvent leurs réponses. Mais pas toutes... ce qui me fait penser qu'il y aura encore une suite!
Pas facile de parler de ce livre sans dévoiler l'intrigue des deux précédents. Comme dans le tome 2, la lecture de la lettre posthume de Germain à son fils Raphaël continue. Il s'agit ici particulièrement de sa vie, ses réussites et ses échecs mais surtout de ce qu'il a vécu pendant la seconde guerre et ce qu'il a été obligé de faire pour sauver sa peau.
Germain est vraiment attachant. Il vit sa passion pour la confection de souliers féminins à fond. Cette passion lui a été transmise sans le vouloir par son père qui était cordonnier. Ce dernier était un être odieux  au cœur de pierre mais de drôles de collections de chaussures pour dames jalousement gardées avaient éveillé l’intérêt et la curiosité de Germain. Il l'avait décidé depuis sa plus tendre enfance, il serait un grand chausseur reconnu. Et c'est cette ascension et réussite professionnelle qu'il raconte dans la suite de sa lettre. Mais la vie est parfois semée d'embûches et de déconvenues, et Germain a connu la seconde guerre. Son talent et sa créativité ont été mis en pause pendant ce temps même s'il a continué à exercer durant cette période, ce n'était pas pour la bonne cause. Et on sent qu'il s'en mord encore les doigts. Cette lettre à son fils sonne comme une excuse. On sent qu'il a voulu faire la paix avec lui-même et ses vieux souvenirs et expliquer à Raphaël (qu'il n'a connu que jusqu'à ses deux ans) qui il était vraiment.  Petit à petit Germain en apprend plus sur ses origines (même si le lecteur l'avait compris dans le tome 2) et là encore, il n'y a pas de quoi être fier. Pourtant, Germain a toujours eu besoin de reconnaissance. Mais les femmes voyaient en lui un chausseur de talent mais pas l'homme qu'il était réellement  Est-ce cette accumulation de faits peux glorieux qui a poussé Germain à cet acte dramatique? "Qu’allais-je faire maintenant de toutes ces révélations, du poids sans cesse plus lourd de mon héritage familial ? Cela changerait-il quelque chose à ma vie ? Si j’avais su avant, mon destin aurait-il été différent ? Serais-je parvenu à vivre et à exister dans le regard de quelqu’un, moi qui, petit à petit, étais devenu invisible ?" J'espère bien en apprendre davantage très prochainement et à la lecture du dernier paragraphe, je sens que Germain a encore plein de choses à nous révéler!
Une lecture qui fut encore un coup de cœur!

Extrait : "Raphaël, mon enfant, es-tu toujours là ? Est-ce bien toi qui m’as retrouvé au fond de ce cagibi de malheur où sont enterrés tous nos secrets de famille ? Es-tu encore assis, mes lettres entre tes mains, à m’écouter te raconter ce que je n’ai dit à personne ? As-tu encore la patience, la curiosité et l’envie de me suivre là où si peu sont allés, au fin fond de mon âme, au plus profond de mon cœur, dans cet endroit qu’on ne montre à personne, si ce n’est parfois à ses propres enfants ? Reste encore avec moi Raphaël, reste encore un peu, avant qu’il ne soit trop tard, avant que la fin de mon histoire ne nous sépare à jamais. Ne me laisse pas avec ces souvenirs que j’ai trop voulu oublier, ne m’abandonne pas avec ces secrets qui m’ont si lentement empoisonné l’existence. Félix, les Joséphine, Marcel et la petite Hanna, Paris et l’usine Bertram où j’ai monté tous mes rêves, Bayeux et cette maison maudite qui hantait tous mes cauchemars. Reste avec nous Raphaël. L’histoire ne fait que commencer.
Tu penses peut-être que tout cela est loin. 1939, c’était il y a des années. Je t’imagine bien, du haut de ta jeunesse, penser que tout cela était il y a trop longtemps, et que le monde, depuis, a tant changé. La guerre est sans doute une abstraction pour toi, et tu me lis, maintenant, en te disant sûrement que tout cela n’a rien à voir avec ta vie. Mais tu te trompes. La haine des hommes n’échappe pas au temps, leur barbarie est inhérente à leur nature et la peur nous fait faire des actes abominables dont on paie le prix pour le reste de sa vie."

A lire aussi

Éditions La Bourdonnaye - Saga Familiale - 211 pages

4 commentaires:

  1. C'est génial que l'histoire continue toujours autant à t'emporter.

    RépondreSupprimer
  2. il faut que je découvre d'urgence cette saga :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne idée! Sinon attends que le quatrième et dernier tome soit sorti comme ça tu peux tous les lire d'un coup et c'est moins frustrant!

      Supprimer

Laissez-moi une trace de votre passage!

Recevoir les prochains articles par mail

* obligatoire

Partagez!