mardi 26 mai 2015

L'indonésienne - Pierre-Alain Gasse

L'Indonésienne - Pierre-Alain Gasse
Synopsis : Ratih, jeune Indonésienne divorcée avec une ado à charge, gagne péniblement sa vie dans un food court de Bandung Pinang. Passionnée de cuisine, son rêve, c'est d'avoir un jour un petit restaurant bien à elle. Alors, elle s'engage comme maid - employée de maison - chez une famille chinoise de la cité-état de Singapour, pour quelques années, pense-t-elle, le temps de réunir les économies nécessaires. Ses riches patrons sont très exigeants, son travail sans fin et sa vie privée inexistante. Mais, tant bien que mal, elle fait face à toutes ces difficultés, jusqu'à ce qu'un grain de sable vienne perturber son quotidien et ses projets...

Je remercie Stéphanie des Éditions de la Rémanence pour ce nouveau partenariat et pour l'envoi de ce livre!

Mon avis : J'ai beaucoup aimé cette lecture qui m'a appris pas mal de choses quant à la condition des employées de maison en Chine (et les conditions de travail en général)  à notre époque actuelle. Entre les clauses abusives du contrat, les horaires extensibles et la précarité du travail, je ne pensais pas qu'à notre époque de riches propriétaires puissent profiter autant de leurs pouvoirs sur leurs employés en toute légalité (puisqu'ils sont passés par une agence de recrutement).
J'ai apprécié suivre Ratih dans sa volonté et sa détermination à aider financièrement ses parents et sa fille adolescente au sacrifice de sa vie privée et plus particulièrement sa vie de femme. Malgré ce qui va lui arriver, et l’éloignement de sa famille, elle ne baisse jamais les bras. C'est une femme courageuse, travailleuse et pleine d'ambition qui saisit sa chance chaque fois qu'une opportunité se présente à elle.
Certains passages m'ont émue, d'autres comme par exemple celui de Facebook m'ont fait sourire.
Les seuls petits bémols pour moi sont la fin du livre car si l'on comprend bien ce qu'il va se passer ensuite, j'aurais vraiment apprécié qu'elle soit plus développée et qu'on sache ce qu'a donné cette nouvelle expérience. Le fait aussi que cette histoire ne soit pas une autobiographie mais une histoire vraie racontée à la troisième personne : le "je" nous aurait certainement permis de mieux comprendre le point de vue et la psychologie de la jeune femme.
Mis à part ces deux tous petits défauts, et sans vous dévoiler l'histoire (que je vous incite à découvrir par vous même), je peux vous dire que même dans les pires situations, il ne faut pas baisser les bras car  la chance peut arriver à tout moment, il suffit juste de la saisir au vol...
Une belle découverte!

Extrait : "Ratih n’avait jamais rien vu de tel. L’extrémité sud de l’île de Sentosa était un dédale de canaux et d’îles artificielles où s’était édifié tout un quartier pour millionnaires. Sur des parcelles de quelques centaines de mètres carrés voisinaient de luxueuses villas, de deux ou trois étages, dont la surface habitable équivalait à celle du terrain sur lequel elles étaient bâties. Chacune avec sa piscine, cela va sans dire, son ascenseur intérieur, le plus souvent, et un yacht immaculé amarré au quai attenant, toujours. Elle apprendrait bientôt en furetant sur Internet que leur prix variait entre quinze et trente millions de dollars singapouriens. Des sommes impossibles à imaginer en monnaie de son pays !
M. et Mme Chang avaient jeté leur dévolu sur une villa moderne, mais sans trop de tape-à-l’œil, située sur Ocean Drive. Elle comportait cinq chambres plus celle de la maid. La maison était aussi équipée d’une wet and dry kitchen. Ce fut la première chose qu’elle remarqua lorsqu’on lui fit visiter. Les chambres des maîtres comme celle des invités étaient immenses, à l’aune de la salle à manger et du salon. Sa chambre à elle, attenante à la wet kitchen, tenait dans huit mètres carrés à peine, dans lesquels on avait réussi à faire tenir un WC et une douche, un lit d’un mètre soixante-dix de long et une minuscule armoire. Heureusement, ses possessions tenaient dans une seule valise, qui coulissait juste sous son lit. 
Le second étage, couronné d’un auvent rappelant les toitures asiatiques, était entièrement occupé par une chambre d’amis et sa salle de bains privative. La pièce ouvrait sur une vaste terrasse d’où l’on avait une vue splendide sur les îlots urbanisés alentour ainsi que sur le Singapore Strait tout proche."

Éditions de la Rémanence - Littérature contemporaine - 118 pages.

16 commentaires:

  1. Merci Laetitia ! Contente que cette lecture te plaise :-)

    RépondreSupprimer
  2. Je ne connais pas mais cette lecture est sûrement intéressante!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, elle est intéressante. Je ne pensais qu'à notre époque les choses se passaient encore comme ça!

      Supprimer
  3. Je ne sais pas pourquoi mais celui ci ne m'attire pas forcément, mais contente en tout cas de voir que tu as passé un bon moment avec.

    RépondreSupprimer
  4. Réponses
    1. Oui! Comme quoi même dans les pires situations, la chance peut arriver!

      Supprimer
  5. Je ne m'y serai pas intéressée sans ta chronique :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'histoire me paraissait intéressante : Je ne me suis pas trompée!

      Supprimer
  6. Un thème dont je ne sais pas grand chose et qui en effet doit être intéressant. Mais j'ai tout de même du mal à être tentée :3

    RépondreSupprimer
  7. Je le note car ton billet attise ma curiosité, merci :)

    RépondreSupprimer
  8. Tu en dis très peu, ce qui attise l’intérêt et la curiosité...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'en dis peu car l'histoire est courte et je ne veux pas la dévoiler...

      Supprimer

Laissez-moi une trace de votre passage!

Recevoir les prochains articles par mail

* obligatoire

Partagez!