dimanche 28 décembre 2014

Pas pleurer - Lydie Salvayre

Pas pleurer - Lydie Salvayre
Synopsis : Deux voix entrelacées. Celle, révoltée, de Bernanos, témoin direct de la guerre civile espagnole, qui dénonce la terreur exercée par les Nationaux avec la bénédiction de l’Église contre « les mauvais pauvres ». Celle, roborative, de Montse, mère de la narratrice et « mauvaise pauvre », qui a tout gommé de sa mémoire, hormis les jours enchantés de l’insurrection libertaire par laquelle s’ouvrit la guerre de 36 dans certaines régions d’Espagne, des jours qui comptèrent parmi les plus intenses de sa vie. Deux paroles, deux visions qui résonnent étrangement avec notre présent et qui font apparaître l’art romanesque de Lydie Salvayre dans toute sa force, entre violence et légèreté, entre brutalité et finesse, porté par une prose tantôt impeccable, tantôt joyeusement malmenée.

Mon avis : Me revoilà après plus d'un mois d'absence sur le blog (et je m'en excuse) mais j'étais partie à l'autre bout du monde... Je reviens donc avec un livre que je n'ai pas du tout aimé et dont j'ai arrêté la lecture à la moitié, ce qui est très rare pour moi, car en général je me force toujours à finir. Pourtant, ce livre a obtenu le Prix Goncourt 2014, ce qui aurait dû m'inciter à poursuivre ma lecture... Mais là, beaucoup trop de choses m'ont déplu.
Tout d'abord, j'ai trouvé irrespectueux pour le lecteur de ponctuer le récit d'autant de passages en espagnol sans aucune traduction en bas de page (même si je parle espagnol, le mélange français espagnol m'a dérangée et je pense alors aux lecteurs qui ne parlent pas cette langue....) L'auteure a voulu retranscrire telles quelles les paroles de sa mère sans doute dans un soucis de vérité et ça donne un mélange parfois proche du ridicule ou de l'incompréhension : "Il s’est dédiqué à son rêve avec toute sa juventud et toute da candeur, il s’est lancé comme un cheval fou dans un plan qui ne voulait rien d’autre qu’un monde beau. Ne te ris pas, il y en avait beaucoup comme lui à l’époque, les circonstances le permittaient sans doute, et ce plan il l’a défendu sans calcul ni pensée-arrière, je te dis sans l’ombrage d’un doute."
Ensuite, la mère de Montse, vielle et malade, ne se gène pas pour utiliser les gros mots à foison. Elle qui s'est retenue toute sa vie se lâche sans honte : "Yo la revolución me la pongo en el culo!".  
De plus, (mais ça j'aurais du y penser avant de me plonger dans cette lecture) cette période de l'Histoire espagnole ne m’intéresse pas plus que ça, mais je pensais au moins apprendre quelque chose. Et là, ça n'a pas été le cas. 
Par ailleurs, le synopsis nous parle de "deux voies entrelacées", hors le texte est à la troisième personne. De plus, le point de vue de l'écrivain Georges Bernanos n'apporte rien à l'histoire et est aussi écrit à la troisième personne...
Pour conclure, je ne comprends pas qu'un prestigieux Prix français comme le Goncourt ait couronné un livre au français si approximatif avec autant de gros mots (même si cela a été voulu par l'auteure).

Extrait : "Le rouquin va tout faire foirer. Je sens qu’il va tout faire foirer, cet enculé.Tu as vu comme il les a endormis, comme il a bercé leur crédulité avec ces Attention, Calmons-nous, Mollo, On perd rien pour attendre, toute sa putain de fausse sagesse ! Quel fumier !Bien fait pour la gueule de ces connards ! Ils sont tombés dans le panneau, tout rôtis. Quelle bande d’abrutis ! Quels baudets ! Ne dis pas, por favor, du mal de nos baudets ! Ils ne comprennent que la trique, en politique comme en tout. Avec le rouquin ils vont être servis ! Que le den por culo ! Ça me dégoûte. Que ces gros cons aillent se faire voir. Il faut se casser de ce trou."

Éditions Seuil - Historique - 280 pages

32 commentaires:

  1. Coucou
    Tu tombes bien on me l'a offert aujourd'hui!
    Je le lirai donc
    Bonne soirée
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu comprends l'espagnol et que les gros mots ne te rebutent pas.... Hâte d'avoir ton avis!

      Supprimer
  2. Peut-être que les deux voix entrelacées sont justement celles de la narratrice et l'écrivain Georges Bernanos ? En tout cas ton avis ne me donne vraiment pas envie de le lire. Pourtant, j'avais vu l'auteur à La Grande Librairie et ce livre m'avait paru intéressant. Je crois que je ne pourrai pas supporter les passages incompréhensibles en espagnol (langue que je ne parle pas du tout) et dans le premier passage que tu cites, il y a un mélange très bizarre entre langage soutenu/familier/vulgaire qui n'a pas l'air cohérent, ni fluide, ni crédible d'ailleurs ^^.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui les deux voix entrelacées sont celles de la narratrice et de Bernanos.... Mais c'est la narratrice qui raconte aussi l'histoire de Bernanos...
      Chacun doit se faire sa propre opinion de ce livre qui a quand même reçu le Goncourt, cette chronique n'est que mon avis personnel...

      Supprimer
  3. Je suis très rarement emballée par le prix goncourt, je n'ai pas très envie de le lire celui-là, peut-être quand il sortira en poche...

    RépondreSupprimer
  4. Perso, il ne me tente pas du tout et à la vue de ton avis, je n'ai aucun regret.

    RépondreSupprimer
  5. Te revoilà donc, revenue du bout du monde (magnifique voyage en tout cas) pour nous parler d'un livre que tu n'as pas aimé. Je peux l'oublier, d'après ce que tu en dis. Je suis sûr qu'il ne me plairait pas.
    Les différents prix ne sont pas un gage de qualité et puis, chacun ses gouts!
    Moi, je n'ai pas aimé "Au revoir là-haut".
    Bonne fin d'année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme j'avais aimé le Goncoirt de l'an dernier (contrairement à toi...^_^) je voulais lire celui-ci aussi... Et j'en suis profondément déçue!

      Supprimer
  6. Contente de te revoir et j'espère que tu as passé un bon moment ! Désolée que ça n'ait pas trop marché avec ce roman là... C'est vrai que les passages non traduits peuvent poser soucis. Parfois je suis vraiment contente de pouvoir comprendre l'espagnol et l'anglais parce que c'est assez perturbant. Mais j'ai lu des livres avec des passages en Allemand ou néerlandais et là c'était compliqué.... Bref dommage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mes vacances étaient très dépaysantes... Maintenant que j'ai des souvenirs plein la tête, je veux y retourner pour découvrir d'autres pays d'Amérique du Sud...
      Pour le livre, ce n'est pas au niveau de la compréhension que j'ai été gênée... Je trouve que c'est irrespectueux pour les autres de ne pas mettre de traduction...

      Supprimer
  7. J'espère que tu reviens heureuse de ton séjour à l'autre bout du monde :-).
    Ne t'excuse pas de ton absence car la qualité de tes chronique la rattrape !
    Personnellement je ne lis plus jamais un livre pour le prix qu'il a reçu car lorsque je pratiquais ainsi, j'ai toujours été déçue.
    Ta chronique ne me donne pas du tout envie de le lire, d'ailleurs le sujet non plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci , tu vas me faire rougir!
      Je pense qu'effectivement tu peux oublier ce livre!
      Bonne journée.

      Supprimer
  8. Aux premiers abords je trouve ce livre intéréssant car il aborde un sujet que je ne maitrise absolument pas. Mais certains points de ta chronique me refroidissent un peu, alors je ne sais pas trop. Mais le mieux reste de me faire mon propre avis je pense :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense aussi... Certains l'ont apprécié, alors pourquoi pas!!

      Supprimer
  9. Mince…je viens de le réserver à la bibliothèque …on verra !
    Bonnes fêtes de fin d'année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors j'ai hâte de lire ton avis... J'espère que tu ne regretteras pas ta lecture... (pas comme moi!)

      Supprimer
  10. Un avis un peu mitigé pour moi, mais pas autant que toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je me souviens avoir lu ton avis sur ce livre... Et j'avais d'ailleurs marqué qu'il n’était certainement pas pour moi... Je ne me suis pas trompée!!

      Supprimer
  11. Je ne connaissais pas mais je n'ai pas envie de connaître :s

    RépondreSupprimer
  12. Je vais passer mon tour surtout que je ne parle absolument pas espagnol!!

    RépondreSupprimer
  13. Ce matin, je passe pour te souhaiter une très bonne année 2015, plein de bonnes choses, de petits bonheurs à collectionner et de belles découvertes livresques ou autres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Philippe. Je te souhaite moi aussi plein de bonnes choses : des voyages, des lectures... mais surtout la santé ;-D

      Supprimer
  14. Un Goncourt n'est pas un gage de qualité, et celui-ci ne me tentait pas... Contrairement à celui de l'année dernière. J'essaierai de le lire, mais je ne me fais pas trop d'espoir.
    Et bonne année 2015 :) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, il est la preuve que ce prix n'est pas gage de qualité... Et ne te force pas à le lire ;-D

      Supprimer
  15. J'ai mis ce livre dans ma whislist mais comme j'ai lu d'autres avis similaires au tien, je l'ai retiré. Je crois que j'ai bien fait !
    Bonne Année Laeti, je te souhaite plein de bonnes lectures.

    RépondreSupprimer
  16. Il est dans ma PAL. Je suis curieuse malgré tout. Au moins, ce livre aura fait beaucoup parler de lui...

    RépondreSupprimer

Laissez-moi une trace de votre passage!

Partagez!