lundi 25 août 2014

Charlotte - David Foenkinos

Charlotte - David Foenkinos
Synopsis : Ce roman retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu'elle était enceinte. Après une enfance à Berlin marquée par une tragédie familiale, Charlotte est exclue progressivement par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle vit une passion amoureuse fondatrice, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France. Exilée, elle entreprend la composition d'une œuvre picturale autobiographique d'une modernité fascinante. Se sachant en danger, elle confie ses dessins à son médecin en lui disant : «C'est toute ma vie.» Portrait saisissant d'une femme exceptionnelle, évocation d'un destin tragique, Charlotte est aussi le récit d'une quête. Celle d'un écrivain hanté par une artiste, et qui part à sa recherche.

Mon avis : Une biographie très bien documentée de la vie de Charlotte Salomon (artiste peintre dont je ne connaissais rien avant cette lecture). Tout au long du livre, on sent bien que David Foenkinos admire cette femme au destin tragique. Il a poussé loin ses investigations au point de se rendre sur les lieux de vie de Charlotte Salomon et de rencontrer sa descendance et les gens qui l'ont connue. Dans de nombreux passages, M. Foenkinos se met en scène lui même pour nous raconter les découvertes qu'il fait au fil de son enquête  et  cela rend le récit plus vivant, nous montre les choses telles qu'elles sont devenues aujourd'hui et constitue un bel hommage à cette artiste peintre plutôt méconnue.
Nous sommes à Berlin,  juste avant le début de la seconde guerre mondiale. L'antisémitisme apparaît, et Charlotte, de confession juive doit arrêter le lycée un an avant le bac. Elle s'inscrit alors à l'école des beaux arts ou elle reçoit le premier prix. Quand son père n'a plus le droit d'exercer son métier de médecin parce qu’il est juif, Charlotte comprend qu'il est temps pour elle de s'enfuir. Elle se réfugie chez ses grands-parents dans le sud de la France. Quelques jours après son arrivée, sa grand-mère se suicide et Charlotte est emportée par les nazis avec son grand-père dans le camp de Gurs, heureusement, elle sera relâchée quelques mois plus tard. Charlotte, que tous ces événements ont plongée dans une crise profonde, se remet alors à peindre pour lutter contre le désespoir. Elle se consacre à son œuvre autobiographique "Leben? Oder Theater?", et peint de nombreux tableaux qui  montrent sa famille et ses amis, et  mettent en scène son enfance et sa jeunesse mais aussi les événements qu'elle a traversés.
Je me suis beaucoup attachée à Charlotte mais aussi aux membres de sa famille. Malheureusement, cette famille semble touchée par une malédiction  : dès son plus jeune âge, Charlotte est confrontée à la mort de sa mère. Son père lui racontera qu'elle est morte de la grippe entretenant ainsi un mensonge que Charlotte ne découvrira que le jour du suicide de sa grand-mère : sa mère s'est en fait suicidée.  Charlotte m'a fait de la peine. Pendant toute sa jeunesse elle pensait que sa mère était devenue un ange et qu'elle allait revenir : "Maman m'avait prévenue. Elle est devenue un ange. Elle disait toujours comme c'est beau d'être au ciel." En fait, elle apprendra par son grand-père que sa mère, sa tante, son oncle et bien d'autres ont préféré mettre fin à leurs jours.
Un livre qui, comme "la jeune fille à la perle" m'a permis d'apprendre plein de choses mais aussi de mieux comprendre l'atrocité de ce qu'ont vécu les juifs lors de la montée de l'antisémitisme. 
Le passage le plus atroce que je retiendrai est celui dans lequel Charlotte, alors enceinte de 5 mois est emmenée en train dans un camps de concentration. Durant le voyage, elle et son mari n'ont même pas d'eau à boire alors que la chaleur est suffocante. Une fois sur place, les nazis lui feront croire qu'elle va prendre sa douche alors qu'elle sera gazée sans que personne ne prête attention à son ventre rond.
Un livre que je recommande pour ce qu'on y apprend et pour la beauté de la plume de David Foenkinos, Mais si vous cherchez la légèreté, passez votre chemin!

Extraits : "Pendant le voyage, Charlotte pose des questions sur sa mère. Le souvenir de sa présence s'est dilué dans les années. Il est réduit à de vagues sensations, des émotions imprécises. Elle souffre d'avoir oublié sa voix, son odeur. La grand-mère élude le sujet, trop douloureux. Charlotte comprend qu'il vaut mieux ne rien demander. Franziska continue son voyage dans le silence. La cause de sa mort demeure secrète à sa fille."
" Certaines journées sont plus calmes. Elles évoquent l'avenir. Charlotte dessine de plus en plus, rêve d'intégrer les Beaux-Arts. Elle marche parfois jusque devant l'Académie. Elle regarde les élèves sortir avec leurs cartons à dessins. Puis, elle lève la tête. Un immense drapeau nazi flotte au sommet de l'édifice."

A lire aussi
La délicatesse
Foenkinos David - Les souvenirs - See more at: http://envies-de-livres.blogspot.fr/p/index-alphabetique.html#sthash.dqWFMbCD.dpufles

Éditions Gallimard - Biographie - Drame - 224 pages

24 commentaires:

  1. Ca fait un moment que je me dis qu'il faut que je découvre l'auteur et ce nouveau roman et ton avis me donnent encore plus envie :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lance-toi, n'hésite pas! Foenkinos ne m'a encore jamais déçue!

      Supprimer
  2. Un peu lassée de cet auteur, il me semble que c'est le livre où il faut renouer avec lui

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'avantage de ce livre est qu'il raconte une histoire vraie. De plus on y apprend des choses sur l'atrocité des camps de concentration et la montée du nazisme

      Supprimer
  3. Je suis très intriguée par ce nouveau roman de Foenkinos qui a l'air très différent et qui touche à une très importante thématique. Il va très vite aller dans ma pal ;)

    RépondreSupprimer
  4. Un roman que j'ai hâte de lire, j'adore David Foenkinos !
    Très belle chronique qui donne envie en tout cas :)

    RépondreSupprimer
  5. Merci beaucoup pour cette belle critique, qui me conforte dans l'idée d'acheter ce livre! Enfin, je dis "merci", mais je devrais surtout te reprocher une critique alléchante je crois... Parce que je devais faire un sevrage livresque (rapport à mes achats compulsifs du mois d'Août, tu vois)... et bam, la tentation apparait! lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hihihi! Oh mais tu me donnes une idée .......... ^_^

      Supprimer
  6. J'aime beaucoup cet auteur,à lire donc
    Bisous

    RépondreSupprimer
  7. Ma bibliothèque vient tout juste de le commander, je le lirai au mois de septembre! =)

    RépondreSupprimer
  8. Bien envie de le lire celui-là !! Viens tenter ta chance avant 18h sur le blog, il y a 5 ouvrages de Dan Brown relookés par le Livre de poche à gagner ! http://www.shoparoundtheco.fr/inferno-dan-brown-concours/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon ben c'est trop tard pour ton concours! Désolée...

      Supprimer
  9. Je viens de le récupérer au CDI de mon établissement, en avant-première, et l'ai commencé hier. Autant te dire que je me suis couchée tard... et que j'ai hâte de faire une pause Charlotte (sans même le chocolat ou les framboises, juste avec le livre :p). Mon avis devrait venir incessamment sous peu !

    RépondreSupprimer
  10. Je suis assez d'accord avec ta chronique sur le sujet :) J'ai beaucoup aimé cette lecture moi aussi.

    RépondreSupprimer
  11. L'histoire est belle, le livre se lit très facilement. Toutefois, deux nuances pour moi :
    - le style en vers : même s'il ne m'a pas gênée, il n'apporte rien. J'ai trouvé que cet effet de style était un rien prétentieux ;
    - qu'apprenons-nous de l'art de Charlotte, de ce qui reste de ses tableaux : très peu de choses. Même si ce n'était pas le propos du livre, puisque D. Foenkinos dit dans tous les médias que le point de départ de ses recherches est le coup de foudre pour l'œuvre picturale de Charlotte, il aurait pu nous en dire plus. Cette histoire aurait pu être celle d'une crémière, cela eut la même description. C'est un peu dommage.
    Mais il est vrai que la lecture est plaisante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec le recul, je constate que cette peintre ne m'a pas laissé un souvenir impérissable...comme tu dis, c'est certainement dû au fait que l'auteur se soit concentré sur l'œuvre et non sur la personne....

      Supprimer

Laissez-moi une trace de votre passage!

Recevoir les prochains articles par mail

* obligatoire

Partagez!