vendredi 16 mai 2014

Qu' attendent les singes - Yasmina Khadra

Qu'attendent les singes - Yasmina Khadra
Résumé de l'éditeur : Une jeune fille est découverte assassinée dans la forêt de Baïnem, dans les environs d’Alger. Nora Bilal, une femme intègre mène l’enquête. Elle ignore qu’elle va devoir affronter un homme qui fait partie de ceux qui contrôlent l’Algérie d’aujourd’hui. Intouchables, maîtrisant tous les secteurs de la vie du pays, on ne les cite jamais, mais tout le monde les connaît. La seule évocation de leur nom provoque la terreur. Le combat implacable de cette femme exceptionnelle va la conduire au cœur des dérives d’une nation livrée aux prédateurs, aux opportunistes et aux puissants.
Avec autant d’amour que de justesse, le plus célèbre des écrivains algériens nous dévoile la part obscure de cette nation et de son peuple. Ce pays magnifique, conçu pour le rêve, est atrocement défiguré par la cupidité insatiable des décideurs et de leurs complices que rien n’arrête : ni les lois ni les crimes les plus abominables.

Mon avis : J'avais beaucoup aimé "Les anges meurent de nos blessures" et "Ce que le jour doit à la nuit", mais ma déception a été grande! Je ne m'attendais pas à un portrait politique très sombre de l’Algérie mais à un polar. Et là, je trouve que l'intrigue était secondaire au récit.
En fait, le titre est une provocation "Qu'attendent les singes" sous entendu "Qu'attendent les singes pour devenir des hommes". Là, ce sont les dirigeants de son pays que Yasmina Khadra compare à des singes... Je ne sais pas si l'auteur a écrit ce livre par dépit et par vengeance parce qu’il n'a pas réussi à se présenter à l'élection présidentielle faute d’avoir recueilli assez de signatures mais, le sombre constat politique qu'il présente aurait de quoi lui mettre bon nombre de personnes de son pays à dos et je salue son courage d'avoir osé parler des dirigeants de son pays de la sorte.
Je ne connais rien de l'Algérie, et je ne m'y suis jamais intéressée, ce qui fait que j'ai vraiment eu du mal à accrocher à cette histoire et la complexité de l'intrigue policière ne m'y a pas aidée. Pour être franche, je n'ai pas tout compris.
J'ai aimé la commissaire Nora Bilal. Je me suis prise de compassion pour elle car ça ne doit pas être facile de se faire respecter dans un milieu macho et traditionnel. Surtout qu'elle est homosexuelle, et, apparemment, c'est très mal vu dans ce pays. Les hommes se moquent d'elle, finissent même par la faire chanter et sa petite amie droguée et alcoolique profite de sa gentillesse. Pourtant, face à l'adversité, elle garde un moral d'acier. Lors de son enquête, Nora va découvrir des "Rbobas" qui sont des hommes d'influence qui vivent au dessus des lois du pays et agissent en toute impunité. Cela aurait de quoi la décourager car elle ne peut rien contre eux et leur toute-puissance. Mais elle ne baissera jamais les bras bien que les indices qu'elle découvre disparaissent les uns après les autres. Elle risque gros en fouillant chez les puissants du pays.
J'ai vraiment été déçue et c'est dommage car j'aime le style d'écriture de Yasmina Khadra. J'espère que son prochain livre me plaira davantage.

Extrait : "Il y a ceux qui font d'une lueur une torche et d'un flambeau un soleil et qui louent une vie entière celui qui les honorent un soir; et ceux qui crient au feu dès qu'ils voient un soupçon de lumière au bout de leur tunnel, tirant vers le bas toute main qui se tend à eux.
En Algérie, on appelle cette dernière catégorie: les Béni Kelboun.
Génétiquement néfastes, les BÉNI KELBOUN disposent de leur propre trinité:
Ils mentent par nature,
trichent par principe,
et
nuisent par vocation.
Ceci est leur histoire."

A lire aussi

Éditions Julliard - Policier - 360 pages


6 commentaires:

  1. Merci pour ton avis,je ne compte donc pas lire ce livre!
    Bonne soirée
    Bisous

    RépondreSupprimer
  2. Ce roman est nul, un journaliste algérien le dit dans cet article
    http://contemplationsetmeditations.blogspot.ca
    Yasmina Khadra a publié ce roman pour se venger de ceux qui ne l'ont pas aidé à la présidentielle et ceux qui ont dénoncé ses plagiats
    Ce que le jour doit à la nuit est un plagiat! il l'a pompé entièrement d'un autre roman
    http://karimsarroub.com/2009/11/29/ce-que-yasmina-khadra-doit-a-youcef-dris/
    et ici un autre plagiat inscrit sur le site d'une encyclopédie!
    http://karimsarroub.com/2010/04/10/ce-que-yasmina-khadra-doit-a-tahar-ouettar/
    http://www.actualitte.com/international/l-ecrivain-algerien-youcef-dris-plagie-par-yasmina-khadra-49209.htm
    Yasmina Khadra gueule aussi contre les membres de l'académie goncourt, il n'est pas content et va bientôt écrire un roman pour se venger de certains membres de cette même académie; la raison: parce qu'ils doutent, désormais, qu'il soit seul à écrire ses livres

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, j'ai entendu parler de ça! Je vais voir tes liens.
      Merci pour l'info

      Supprimer
  3. Bonjour Laeti, de cet écrivain, je n'ai lu que L'attentat qui ne m'avait pas déplu mais je n'ai pas été tentée d'en lire d'autres et ce n'est pas ce billet qui va me faire changer d'avis. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Par contre j'avais beaucoup aimé "Ce que le jour doit à la nuit". Mais apparemment, pour l'écrire, il a plagié un autre auteur... Cf commentaire ci-dessus...

      Supprimer

Laissez-moi une trace de votre passage!

Partagez!