samedi 8 mars 2014

Au revoir là-haut - Pierre Lemaitre

Au revoir là-haut - Pierre Lemaitre
Mon résumé : Fin de la première guerre mondiale en France. La démobilisation commence à peine, la France compte ses morts. Deux soldats en ont réchappé : Albert et Édouard. Mais le retour à la vie civile n'est facile pour personne, encore moins pour ces deux "gueules cassées". Entre Édouard complètement défiguré par un éclat d'obus qui lui a arraché la mâchoire du bas qui ne veut plus retourner dans sa famille pour ne  pas devenir la raillerie de ses proches et Albert, jeune comptable qui a perdu son boulot et sa fiancée d'avant-guerre, le retour à la vie quotidienne parait compliqué. La France semble oublier les survivants... Refusant de céder à l'amertume ou au découragement, ils vont, ensemble, imaginer une arnaque d'une audace inouïe qui mettra le pays tout entier en effervescence.

Mon avis : J'ai adoré! Il m'a fallu quand même arriver à la centaine de pages pour me plonger dans l'histoire car le récit de guerre ne m'a pas emballée du tout. L'atmosphère des scènes de bataille est très bien retranscrite, du coup, je me suis sentie comme oppressée.
Pour ma part, c'est au moment ou Albert se prend d'affection pour Édouard alors à l’hôpital que l'histoire devient intéressante...Les personnages tous attachants sauf le lieutenant D'Aulney-Pradelle imbu de lui même et Joseph Merlin, l'employé du ministère qui sent extrêmement mauvais...
Le 2 novembre, la rumeur circule que la guerre va s'achever sur la signature d'une armistice. Henry D'Aulney-Pradelle tente un dernier coup de force pour gagner un nouvel échelon et voir ses actes héroïques enfin récompensés. Le dernier assaut de la cote 113 aura bien failli coûter la vie à nos deux protagonistes Albert Maillard et Édouard Péricourt. Édouard sauve Albert in-extremis et ils se retrouvent tous deux à l’hôpital. Albert se prend d'affection pour son compagnon d'infortune complètement défiguré. Au combat, ils ne se côtoyaient pas mais la douleur et la détresse d'Édouard vont émouvoir Albert.
Édouard ne se voit pas rentrer dans sa famille avec cette nouvelle tête laissant un trou béant à la place de la mâchoire et de la gorge. Albert a alors l'idée de le faire passer pour mort en échangeant des livrets militaires : il s'appellera désormais Eugène Larivière. J'ai alors pensé que l'arnaque dont on parlait sur la quatrième de couverture allait porter sur cette usurpation d'identité, mais pas du tout....
C'est à ce moment que commence l'histoire croustillante : La famille Péricourt pleure la mort d’Édouard.
Le lieutenant Henry d'Aulnay-Pradelle toujours avide de réussite sociale va épouser la sœur d’Édouard et rentrer ainsi dans cette riche famille Péricourt. Il se lance dans les affaires : il gère les cimetières, rapatrie et enterre les corps. Il tente d'obtenir un marché public visant à honorer les morts et raviver la fierté nationale. Pour parvenir à ses fins, il n'hésite pas à user de corruption et de magouilles en tous genres...
Albert Maillard habite avec Édouard Péricourt. Il tente de subvenir aux besoins de morphine de ce dernier au point de devenir un genre de dealer. Mais ayant perdu son emploi de comptable, il erre de petits boulots en petits boulots pour vivoter. Il va finalement se faire embaucher comme comptable de la famille Péricourt. Cela va d'ailleurs bien l’aider à mener à bien l'arnaque montée par Édouard... Finalement manipulé par son ami, c'est lui qui m'a le plus touchée. Il sait bien que le meilleur moyen de voir sa vie s'améliorer est de suivre l’idée d'Edouard mais le pauvre n'en mange plus et n'en dort plus la nuit. C'est lui qui prend tous les risques car Édouard est cloîtré à la maison. En plus, cela ferait très mauvais genre si la famille Péricourt se rendait compte qu'elle s’apprête à être arnaquée par son propre fils...
Édouard Péricourt, quant à lui, ne peux plus sortir. En effet, si quelqu'un croisait ce mort finalement bien vivant, il risquerait d'avoir de gros problèmes... Il passe alors son temps à dessiner (sa passion) et à se faire des masques qu'il porte en permanence pour ne pas effrayer Albert. Ne pouvant plus parler, il ne communique que par des messages écrits sur son carnet de croquis. C'est lui qui va avoir l'idée diabolique qui risquerait bien de le mener lui et son fidèle acolyte tout droit en prison.
J'ai adoré cette histoire ou les personnages sont tous plus vicieux les uns que les autres pour mener à bien leurs réussites. Ils m'ont fait penser à une bande "d'affreux, sales et méchants".
Je ne peux pas vous en dire plus pour ne pas révéler les intrigues, mais vous encourage fortement à lire ce prix Goncourt bien mérité et savoir enfin quelle est la supercherie d'ampleur nationale imaginée par Édouard.

L'image que je retiendrai : Albert qui se retrouve enseveli et qui récupère de l'air comme il le peut : "Il agrippe la tête de cheval, parvient à saisir les grasses babines dont la chair se dérobe sous ses doigts, il attrape les grandes dents jaunes et, dans un effort surhumain, écarte la bouche qui exhale un souffle putride qu’Albert respire à pleins poumons. Il gagne ainsi quelques secondes de survie, son estomac se révulse, il vomit, son corps tout entier est de nouveau secoué de tremblements, mais tente de se retourner sur lui-même à la recherche d’une once d’oxygène, c’est sans espoir."

Éditions Albin Michel - Littérature contemporaine - 567 pages

10 commentaires:

  1. Je l'ai. Ma soeur me l'a passé mais je ne l'ai pas encore lu. Il faut dire qu'il n'est pas court et que ma PAL est énooorme!
    Bon weekend ensoleillé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il trainait dans ma PAL depuis sa sortie en septembre dernier, et je regrette de ne pas l'avoir lu plus tôt!

      Supprimer
  2. Pas pour tout de suite pas envie de lire des scènes de guerre maintenant!
    Bonne soirée
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les scènes de guerre ne sont qu'au début.... Après, ça devient croustillant!
      Bisous

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Effectivement, celui-ci est bien mérité!

      Supprimer
    2. Je n'aime pas les romans de guerre mais je vais me laisser tenter parce que c'est en fait une histoire d'après-guerre et qui me semble touchante avec des personnages intenses... Je le met dans ma LAL.

      Supprimer
    3. La guerre n'est présente qu'au début du livre. Après, elle reste omniprésente, mais il n'y a plus de récits de combats... je pense que ce livre te plaira...

      Supprimer
  4. Je ne sais pas trop ce que j'attends pour me le procurer... J'adore cet auteur et l'histoire m'intrigue réellement...

    RépondreSupprimer

Laissez-moi une trace de votre passage!

Partagez!