lundi 17 février 2014

Un long chemin vers la liberté - Nelson Mandela

Mon résumé : Nelson Mandela nous présente ici son autobiographie qu'il a commencé à rédiger lorsqu'il était derrière les barreaux. Il nous raconte son parcours depuis sa naissance  le 18 juillet 1918 en Afrique du Sud à Qunu, un petit village de la province du transkei jusqu'à sa libération de prison en 1990 après 26 années de détention. Il a entièrement dédié sa vie à la lutte contre l'apartheid, pour cela, il a intégré un parti politique : l'ANC (Congrès National Africain) qui lutte contre la suprématie des blancs (pourtant très minoritaires)  en Afrique du sud. Pour mener son combat, il participe aussi à la lutte non violente contre les lois de l'apartheid, qui commencent à être mises en place par le gouvernement du Parti national en 1948. L'ANC est interdit en 1960, et la lutte pacifique ne donnant pas de résultats tangibles, Mandela fonde et dirige la branche militaire de l'ANC, Umkhonto we Sizwe, en 1961, qui mène une campagne de sabotage contre des installations publiques et militaires. Arrêté par le gouvernement sud-africain, il est condamné lors du procès de Rivonia à la prison et aux travaux forcés à perpétuité.
 
Mon avis : Ce livre m'a appris beaucoup de choses sur cet homme que je ne connaissais que de nom mais aussi sur les grandes inégalités de droits entre les blancs, les métis, et les noirs. Je ne pensais pas que les inégalités étaient si injustes dans un pays qui est le pays des africains (donc noirs) ou ils sont très largement majoritaires.
Fils d'une famille royale Thembu, Rolihlahla Madiba Mandela (il doit son prénom à consonance anglaise à son institutrice) devient le premier membre de sa famille à aller à l'école.  Il dira : "Le premier jour d’école, mon institutrice, Miss Mdingane, nous a donné à chacun un nom anglais. C’était une coutume chez les africains à cette époque et était sans doute due au penchant anglais de notre éducation. Ce jour-là, Miss Mdingane me dit que mon nom était Nelson. Pourquoi elle m’a donné ce prénom en particulier ? je n'en ai aucune idée. » Le fait d'aller à l'école méthodiste tout en ayant un enseignement traditionnel lui donne une éducation à la fois africaine et européenne".  Après, il suivra des études pour devenir avocat à l'université de Fort Hare la seule qui accepte les noirs et obtiendra son diplôme avec brio. Là-bas, il rencontrera son ami et futur collègue de son cabinet d'avocat Oliver Tambo. A cette époque, le communisme ne le convainc pas et, il  préfère adhérer à la doctrine de Gandhi qui prône la non-violence.
Confié quelques années plus tôt à un père adoptif pour qu'il suive ses études, il se trouvera contraint à un mariage arrangé auquel il va échapper en fuguant jusqu'à Johannesburg. Là, il rencontrera sa première femme Evelyn avec laquelle il aura quatre enfants.
Aux élections de 1948, la victoire du Parti national, parti alors exclusivement afrikaner (blanc), entraîne la mise en place d'une nouvelle politique de ségrégation sous le nom d'apartheid, où le rattachement territorial puis la nationalité et le statut social dépendent du statut racial de l'individu, défavorisant largement la population noire et interdisant les mariages mixtes. Avec l'ANC, il va prôner la désobéissance civile pour lutter contre ces lois très injustes.
Lors d'un sabotage, il sera arrêté avec ses compagnons de lutte et sera jugé lors d'un procès qui durera plus d'un an : le procès de Rivonia à l'issue duquel lui et ses compagnons seront condamnés à perpétuité car considérés comme des terroristes. Incarcéré à la prison de Robben Island, il n'aura aucun droit, pas même celui de se procurer un journal, mais il arrivera tant bien que mal à suivre les actes de son parti. C'est là qu'il va commencer à écrire sa biographie et parvenir à la faire sortir de prison feuille après feuille pour la mettre en sécurité.
Ayant crée un clan en prison avec ses co-détenus, il en sera éloigné pour des raisons de "sécurité" et c'est ainsi qu'il va se retrouver à Pollsmoor. Là, les gardes font preuves de plus de respect envers les détenus et il va arriver à en convaincre quelques uns et par un effet boule de neige, son combat va commencer à intéresser des personnes blanches haut-placées.
En 1990, l'interdiction de l'ANC est levée et ce parti devient un parti comme les autres. Mandela est alors libéré mais la lutte contre les inégalités doit continuer.
Sa biographie s'achève à ce moment là, mais il faut savoir qu'en 1993, il a reçu le prix Nobel de la Paix et qu'ensuite,en 1994, il a été élu président de l'Afrique du Sud car son parti, l'ANC comptabilisait plus de 60% des voix. Il ne se présentera malheureusement pas pour un deuxième mandat se jugeant lui-même trop vieux.
Retiré de la vie politique depuis 2004 pour soigner un cancer de la prostate, il passe une retraite paisible aux côtés des siens.
J'ai beaucoup appris de cette (grande) lecture (770 pages!) et malgré de longs passages comme les retranscriptions de ses interventions lors de son procès, je vous conseille cette biographie qui nous montre un homme qui n'a jamais faibli face aux difficultés à faire entendre son opinion et qui n'a eu de cesse de se battre pour défendre son peuple sur sa propre terre. Je pense que si l'apartheid a disparu c'est grâce à lui et que pour cela, il aura payé de sa personne en passant 26 ans derrière les barreaux.
Dommage qu'il ne nous relate que les faits et pas beaucoup ses ressentis. Voir cet homme si obstiné et traité comme un chien m'a fait de la peine pour lui. Surtout que ces maltraitances étaient les mêmes pour tous les noirs. Par exemple en prison (qui était plus un bagne) ils devaient aller tous les jours à la carrière pour casser des cailloux pour en faire des gravillons et ce, en plein soleil, avec des entraves aux pieds... Très peu de nourriture (bien souvent juste un bouillon) Et j'en passe...
Le voir avec tant de détermination pour préparer sa propre défense et celle de ses camarades lors de son procès, alors que la cause était perdue d'avance montre sa grande motivation.
Pour finir, voici un extrait d'une de ses déclarations au Daily Mail juste avant d'être emprisonné qui résume très bien son action :  "Toute ma vie je me suis consacré à la lutte pour le peuple africain. J'ai combattu contre la domination blanche et j'ai combattu contre la domination noire. J'ai chéri l'idéal d'une société libre et démocratique dans laquelle toutes les personnes vivraient ensemble en harmonie et avec les mêmes opportunités. C'est un idéal pour lequel j'espère vivre et accomplir. Mais, si besoin est, c'est un idéal pour lequel je suis prêt à mourir"

 
Éditions le Livre de Poche - 760 pages - Biographie, documentaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi une trace de votre passage!

Recevoir les prochains articles par mail

* obligatoire

Partagez!