dimanche 16 février 2014

Un avion sans elle - Michel Bussi

Mon résumé : 22 décembre 1980 : un Airbus assurant la liaison Istanbul Paris vient de s'écraser sur  une montagne du Jura : le Mont Terrible. 168 des 169 passagers ont été tués sur le coup. Seule survivante un nourrisson de 3 mois. Le problème est alors d'identifier le nouveau né. En effet, deux bébés de 3 mois exactement étaient dans l'avion. Deux familles, l'une riche, l'autre beaucoup moins, se déchirent pour que leur soit reconnue la parenté de celle que les média ont baptisée Libellule ou Lylie en contraction des deux prénoms des fillettes : Lyse-Rose et Émile. Commence alors une longue enquête basée sur des suppositions car en 1980 les test ADN n'existaient pas.
Crédule Grand-Duc, un détective privé est engagé pour tenter de faire la lumière sur cette histoire. Il a 18 ans pour y parvenir afin que Lylie connaisse ses origines le jour de sa majorité. Du quartier parisien de la Butte-aux-Cailles jusqu'à Dieppe, du Val-de-Marne aux pentes jurassiennes du mont Terrible, le lecteur est entraîné dans une course haletante jusqu'à ce que les masques tombent.
 
Mon avis : Impossible de décrocher de cette lecture! Le suspens dure d'un bout à l'autre du livre.
L'histoire se déroule entre 1980 et 1998.
Peu après l'accident, l'affaire a été jugée à la va-vite et sans preuve afin que le bébé ne reste pas trop longtemps en pouponnière. Le juge a conclu que le bébé est Emilie. Elle rejoindra alors ses grands-parents Nicole et Pierre Vitral ainsi que Marc son frère aîné.
Mais les grands-parents Leonce et Mathilde de Carville ne veulent pas en rester là. Ils prétendent que le bébé est Lyse-Rose leur petite fille et pour se faire entendre, ils sont prêts à y mettre le prix. Mais les Vitral ne lâchent pas. Même s'ils sont sans moyens, ils élèveront Marc et Émilie comme leurs propres enfants. Le jour de son anniversaire, alors qu'elle a découvert la vérité, Emilie disparaît en laissant un cahier vert et un message des plus inquiétants sur le répondeur de Marc. Complètement paniqué et voulant retrouver sa soeur avant qu'elle ne commette l'irréparable, Marc part chez Crédule Grand-Duc, le détective pour en savoir plus. C'est en effet ce dernier qui a rédigé ce cahier vert, consignant jour après jour les événements relatifs à son enquête. En arrivant chez Crédule, Marc va tomber sur un cadavre et des dizaines de boites d'archives brûlées dans la cheminée... Il décide alors de suivre les pistes amenées au fur et à mesure par Crédule Grand-Duc.
Le lecteur suit alors le cheminement de Marc entre les lectures entrecoupées du cahier de Crédule, et son avancée dans sa propre enquête. Ce sont les événements rocambolesques que vit Marc qui l'obligent à lire le cahier par intermittence et qui tiennent justement le lecteur en haleine. Mais Marc doit se méfier car quelqu'un pourrait voir d'un mauvais oeil les découvertes qu'il pourrait faire.... Notamment Malvina de Carville, la petite peste un peu schizophrène qui est la soeur de Lyse-Rose, ou encore Mathilde de Carville,  la grand mère...
Impossible d'en dire plus sans trop dévoiler l'intrigue. Jusqu'à la fin, je ne me suis pas doutée du dénouement.
C'est d'ailleurs ce dénouement que j'ai particulièrement apprécié car il est très probable, et finalement c'était ce qu'il y avait de plus logique.
A lire de toute urgence!
 
L'image que je retiendrai : En 1980, les tests ADN n'existaient pas. Un simple test aurait mis tout le monde d'accord. Malheureusement les premiers tests datent de 1987...
 
Extrait : "Il n’arrivait toujours pas à croire ce qu’il voyait. Ses mains tremblaient. Un immense frisson le parcourait de la nuque au bas du dos.
Il avait réussi !
La solution se trouvait là, dans ce journal, à la une, depuis le début. Elle attendait patiemment : il était rigoureusement impossible de découvrir cette solution à l’époque, dix-huit ans auparavant. Tout le monde l’avait lu, ce journal, détaillé, analysé, mille fois, et pourtant personne ne pouvait deviner, en 1980, et pendant toutes les années qui avaient suivi.
La solution sautait aux yeux… à une condition.
Une seule condition. Absolument délirante.
Ouvrir ce journal dix-huit ans plus tard ! "
 
A lire aussi :
Les nymphéas noirs
Ne lâche pas ma main
 
Éditions Pocket - Policier, drame - 570 pages

8 commentaires:

  1. Un auteur dont je devrai lire plus d'ouvrages :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison! Et celui-ci est le meilleur à mon avis...

      Supprimer
  2. Bon, à cause de toi, je viens de recevoir ma commande de Michel Bussi... Ton blog est à "éviter" à tout prix... Ça ne va pas du tout! lol

    RépondreSupprimer
  3. Lu presque d'un trait également, j'adore Michel Bussi depuis cette découverte. =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi j'adore et je pense que celui-ci est le meilleur!

      Supprimer

Laissez-moi une trace de votre passage!

Recevoir les prochains articles par mail

* obligatoire

Partagez!