dimanche 16 février 2014

Sans elle - Alma Brami

Mon résumé : Léa, une petite fille d'une dizaine d'années nous raconte comment elle et sa mère font face  à la disparition de Solène, sa petite soeur. Léa est brutalement confrontée au monde des adultes. Grâce à sa volonté elle saura retrouver une vie normale et, " ne plus craindre le manque et le digérer. A deux. Et puis grandir."
Comment Léa, aussi orpheline de père depuis peu va faire pour aider sa mère à sortir de sa profonde dépression. (Une maladie dont elle ne comprend pas les causes)? Et se sortir elle même de sa solitude?
 
Mon avis : Voilà un coup de coeur pour ce livre qui dépeint magnifiquement les sentiments de Léa face à la disparition trop  brutale de sa petite soeur. Cette histoire est très émouvante, car on se rend compte que bien qu'elle soit très triste de cette disparition, Léa ne se rend pas vraiment compte de la réalité et de la dureté des choses, et c'est bien normal vu qu'elle n'a que 10 ans. Par exemple, elle se croit immortelle car la mort ne peut pas frapper trois frois au même endroit : "Moi je m'appelle Léa, et je suis immortelle. Immortelle, c'est quand on devait mourir à un moment et qu'on n'est pas mort, après c'est fini, on a dépassé la mort, on l'a plantée, elle a pris quelqu'un d'autre à la place. " Elle n'a pas compris que la mort est une fin , et elle croit que sa petite soeur vit différemment, sans elle  et ne comprend pas non plus qu'on puisse ne plus prendre soin d'elle :  "Je ne comprenais pas qu'on puisse faire ça à Solène, même morte, qu'on l'enterre sans son doudou, sans sa couette, sans une lampe de poche. Pendant des jours et des nuits, je grelottais pour elle, je rêvais d'aller la réchauffer, de la réconforter. Ma Solène si petite, qui avait tellement peur du noir. Et puis, on m'avait dit qu'un mort dort sur le dos dans son cercueil, et moi je savais que Solène ne pouvait pas s'endormir autrement que sur le ventre, les mains repliées sous sa tête. Je l'imaginais figée les yeux grands ouverts, bleue de froid, à essayer de ne pas crever de froid."
Comment comprendre quand personne n'est là pour lui expliquer les choses?
Sa mère vit très mal  ce deuil et passe ses journées entières au lit à dormir et ne se lève même plus pour manger, elle ne s'occupe même plus de sa fille :" Maman a arrêté de me coiffer le matin, elle n’avait plus le temps et plus l’envie."
Pour Léa, c'est différent. Elle souffre tous les jours de l'absence cruelle de Solène, mais elle est ancrée dans la réalité ; elle côtoie la société en allant à l'école tous les jours. Jusqu'où Léa pourra t'elle vivre en silence sa douleur et sa solitude , sans aide extérieure ?
Intriguée par cette très belle leçon de vie, je me demandais si cette histoire était autobiographique, et heureusement non! J'ai d'ailleurs trouvé une interview de l'auteure que vous pourrez lire sur le site Evène ici.
Et écouter les premières pages lues par l'auteure elle même :
 
Un minuscule bémol toutefois : il me semble avoir compris que sa soeur et son père avaient une maladie héréditaire. Dommage que la cause de ces décès ne soit pas plus explicite ! 
 
Editions Folio - 166 pages - Drame

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi une trace de votre passage!

Partagez!