dimanche 16 février 2014

Peste et Choléra - Patrick Deville

Résumé : Parmi les jeunes chercheurs qui ont constitué la première équipe de l’Institut Pasteur créé en 1887, Alexandre Yersin aura mené la vie la plus mouvementée. Très vite il part en Asie, se fait marin, puis explorateur. Découvreur à Hong Kong, en 1894, du bacille de la peste, il s’installe en Indochine, à Nha Trang, loin du brouhaha des guerres, et multiplie les observations scientifiques, développe la culture de l’hévéa et de l’arbre à quinquina. Il meurt en 1943 pendant l’occupation japonaise. Pour raconter cette formidable aventure scientifique et humaine, Patrick Deville a suivi les traces de Yersin autour du monde, et s’est nourri des correspondances et documents déposés aux archives des Instituts Pasteur.
 
Mon avis : Je suis assez mitigée sur cette lecture car je ne m'attendais pas à ça. Je pensais que l'histoire d'Alexandre Yersin était romancée, mais pas du tout : l'auteur ne nous donne que du factuel. De plus les chapitres alternent les époques et l'auteur ne nous en dit pas plus quant à l'année. Un chapitre Yersin commence des expériences de mécanique par exemple, et au chapitre suivant, c'est un vieillard au bout de sa vie.
Par contre, j'ai découvert un homme dont je n'avais jamais entendu parler et à qui la médecine doit beaucoup. Malheureusement, il est toujours resté dans l'ombre de Pasteur. C'est un bel hommage de consacrer un livre à ce scientifique touche à tout.
Alexandre Yersin qui fasait partie de l'équipe de Pasteur, ne tenait pas en place. A Hong Kong en 1894, il découvre le bacille de la peste. Il s’installa ensuite  à Nha Trang au Vietnam et créa un sanatorium à Dalat . Il implanta l’hévéa au Vietnam et vendait le caoutchouc à Michelin, tout cela pour financer ses recherches sur les maladies infectieuses. Il cultiva la quinine pour lutter contre la malaria et soignait gratuitement les habitants.
C'est même lui qui inventa le Cola-Canelle ancêtre du Coca-Cola. Cette boisson était censée donner un coup de fouet. J'ai été étonnée de voir qu'il s'intéressait à autant de choses. Sa vie pourrait se résumer ainsi : "Alors il répond à leurs questions. Comment il a découvert le bacille et vaincu la peste. Quitté la Suisse pour l'Allemagne, l'Institut Pasteur pour les Messageries Maritimes, la médecine pour l'éthnologie, celle-ci pour l'agriculture et l'arboriculture. Comment il fut en Indochine un aventurier de la bactériologie, explorateur et cartographe. Comment il parcourut pendant deux ans le pays des Mois avant de gagner celui des Sedangs. Les deux scientifiques l'interrogent sur ses lubies et sur ses inventions, l'horticulture et l'élevage, la mécanique et la physique, l'électricité et l'astronomie, l'aviation et la photographie. Comment il devient le roi du caoutchouc."
J'ai appris plein de choses intéressantes sur Pasteur et son équipe et j'ai aimé suivre les voyages en bateau  de Yersin en Indochine : les descriptions de paysages m'ont fait rêver. Grâce à cette lecture, on apprend des éléments sur les modes de vie aux 19ème et 20ème siècles, mais aussi sur les conflits politiques de l'époque et la première guerre mondiale.
S'il n'y avait pas eu toutes ces inversions chronologiques, j'aurais beaucoup plus apprécié ce livre!
 
Extrait : "Tu me demandes si je prends goût à la pratique médicale. Oui et non. J'ai beaucoup de plaisir à soigner ceux qui viennent me demander conseil, mais je ne voudrais pas faire de la médecine un métier, c'est à dire que je ne pourrais jamais demander à un malade de me payer pour les soins que j'aurais pu lui donner. Je considère la médecine comme un sacerdoce, ainsi que le pastorat. Demander de l'argent pour soigner un malade, c'est un peu lui dire la bourse ou la vie."
 
Éditions Seuil Fictions et Cie - Historique - 219 pages.

4 commentaires:

  1. J'ai très envie de découvrir cet auteur, je pense commencer avec son tout nouveau livre Viva, tu vas le lire ? :)

    RépondreSupprimer
  2. Je suis absolument d'accord avec cette critique. J'ai apprécié la découverte de la vie de Yersin que je ne connaissais pas, mais je n'ai pas aimé la chronologie du récit, le style de l'auteur, la froideur du texte. Je suis assez déçue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudrait lire Viva pour se faire une autre idée de l'auteur... Tu l'as lu?

      Supprimer

Laissez-moi une trace de votre passage!

Recevoir les prochains articles par mail

* obligatoire

Partagez!