lundi 17 février 2014

Par un matin d'automne - Robert Goddard

Résumé : Fin des années 1990. Leonora Galloway entreprend un voyage en France avec sa fille Penelope. Toutes deux ont décidé de se rendre à Thiepval, près d’Amiens, au mémorial franco-britannique des soldats décédés durant la bataille de la Somme. Le père de Leonora est tombé au combat durant la Première Guerre mondiale, mais la date de sa mort gravée sur les murs du mémorial, le 30 avril 1916, pose problème. Leonora est en effet née près d’un an plus tard. Ce qu’on pourrait prendre pour un banal adultère de temps de guerre cache en fait une étrange histoire, faite de secrets de famille sur lesquels plane l’ombre d’un meurtre jamais résolu et où chaque mystère en dissimule un autre. Le lecteur est alors transporté en 1914 dans une grande demeure anglaise où va se jouer un drame dont les répercussions marqueront trois générations.
 
Mon avis : Il est rare que les livres que je choisis moi même en les découvrant sur un blog me déçoivent, mais celui-ci en fait malheureusement partie. Les éléments m'ayant déroutée sont la multitudes de personnages, la multitude d'époques et les narrateurs . J'ai trouvé aussi qu'il se passait beaucoup de choses pour le même livre (un mensonge, un secret, un meurtre, un suicide, un adultère, une révélation...) Normal me direz-vous car il faut bien trouver quelque chose à raconter sur les 540 pages que compte le livre! 
Ce roman est composé de trois parties :
  • 1ère partie : Leonora Galloway nous raconte son enfance dans les années 1910. Élevée par son grand-père et sa troisième femme Olivia dans une riche demeure de Meongate à Droxford en Angleterre. Elle sait que sa mère est morte très peu de temps après l'avoir mise au monde et que son père a été tué lors de la première guerre mondiale en France. Seulement, elle sent que la méchante et acariâtre  Olivia lui cache de nombreuses choses, notamment les circonstances de la mort de ses parents....
  • 2ème partie : Franklin, le narrateur est un ancien ami du père de Leonora. Il arrive après la mort d'Olivia pour raconter ce qui s'est passé en 1916 à Meongate (La propriété familiale).  Il raconte le meurtre, le suicide, et en apprend plus à Leonora quant à certains secrets sur sa famille...
  • 3ème partie : La partie des révélations. Elle se passe dans les années 1990. C'est de nouveau Leonora la narratrice principale. Elle raconte l'histoire de sa famille à Pénélope sa fille lors de la visite du mémorial franco-britannique à Amiens. Une fois les secrets révélés, chacun des protagonistes raconte sa version des faits.
J'ai adoré la deuxième partie et aurais aimé que le livre ne raconte pas tout un tas de secrets, non-dits... mais s'en tienne à ce meurtre et ce suicide et cette enquête. Le style (que j'ai toutefois beaucoup aimé) me fait penser à un roman d'Agatha Christie : un meurtre dans une grande maison anglaise alors que plein de personnages aux caractères bien différents y habitent. Je me suis prise d'affection pour ce Franklin qui vient raconter ce qui s'est passé cette année là à la guerre sur demande express du père de Leonora avant de se faire tuer. Il raconte aussi avec beaucoup d'émotion ce qui s'est passé à Meongate.
Si le livre s'en était tenu à cette seconde partie (qui aurait constitué à elle seule une histoire avec intrigue et révélation), il aurait sans doute fait partie de mes coups de coeur. Hélas!
 
Extrait : "Du point de vue de Penelope, les arguments en faveur de cette escapade ne manquent pas. Sa mère a toujours réussi, au prix d'une surveillance constante, à éviter de parler d'elle même et à ne laisser échapper de son passé que des récits évasifs. La curiosité de Penelope envers cette femme distante n'a cessé de grandir. D'instinct, elle pressent que ce voyage apportera des réponses à certaines questions jamais éclaircies. Déjà, l'escale à Amiens était inattendue. Ici, elle en est convaincue, commencent les explications.
-J'imagine que tu te demandes pourquoi nous sommes venues à Thiepval, dit Leonora.
-En effet. Mais je suis certaine que tu me l'expliqueras quand tu en auras envie.
Elle se souvient que son père, un homme patient et de bon conseil, lui a dit il y a longtemps "Ta mère se confiera à toi lorsqu'elle l'aura décidé, et non au moment où toi, tu le voudrais."
La brume s'est atténuée et les lignes du bâtiment de brique, symbole de deuil officiel, deviennent plus précises tandis que l'horizon vire du gris uniforme au vert et au bleu. Les visiteuses se sentent impressionnées, un peu écrasées par l'édifice  immense et sans grâce malgré ses sculptures.
- Le soleil ne tardera pas à se montrer, dit Leonora. Nous allons pouvoir commencer à chercher son nom.
- Le nom de qui ?
- De mon père. C'est pour cela que nous sommes venues."
 
Éditions Le Livre de Poche - Thriller historique - 542 pages.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi une trace de votre passage!

Partagez!