lundi 17 février 2014

L'homme qui m'aimait tout bas - Eric Fottorino

Mon résumé : Dans cette biographie, Éric Fottorino nous raconte sa vie avec son père qui a choisi de mettre fin à ses jours à 70 ans passés. Il revient sur son enfance où ce père l'a "adopté" en lui donnant son nom alors qu'il n'avait qu'une dizaine d'années. Il retrace le portrait de cet homme à qui il voue un amour sans faille bien qu'il n'ait "pas la moindre goutte de son sang dans ses veines". Il nous raconte leurs entraînements et sorties en vélo, sa façon qu'il avait, lui, kinésithérapeute de soigner ses muscles endoloris par trop de pédalage. Faisant un parallèle entre sa vie d'enfant et sa vie actuelle, il se demande ce qui a bien pû pousser Michel Fottorino à mettre fin à ses jours. Sa mise en faillite personnelle ou la difficulté qu'il avait de se remettre d'une hémiplégie suite d'un accident vasculaire?
 
 
Mon avis : Un livre poignant où Éric Fottorino nous raconte son enfance élevé par une mère-fille. Son père biologique, d'origine marocaine, s'appelle Maurice Maman et est étudiant en gynécologie lorsqu'il rencontre sa mère. La famille ultra-catholique de sa mère, Monique Charbrerie, s'oppose au mariage. Le jeune Éric est élevé sans son père. Lorsqu'il a 9 ans, sa mère épouse Michel Fottorino, kinésithérapeute  . C'est à ce moment qu'il lui donne son nom. Ce n'est que des années plus tard, qu'il parviendra à reprendre contact avec son père biologique.
Ce livre est un hommage à son père qui, même s'il ne savait pas le dire, l'aimait très fort comme son propre enfant : "Tu pourras m'appeler papa puisque tu porteras mon nom."
Éric Fottorino nous montre la fierté de son père lorsqu'il gagnait des courses à vélo, ou, lorsqu'après des études de droit, il est devenu reporter, chroniqueur, puis directeur de la rédaction en mars 2006 du journal "Le Monde". (Fonction dont il a été révoqué en Décembre dernier (2010)).
Lors de son "passage à l'acte" le 11 mars 2008, Michel s'est tiré une balle de carabine dans la bouche à bord de sa voiture et n'a laissé pour seule explication qu'une lettre envoyée par La Poste à chacun des ses trois enfants. Lettre dans laquelle les raisons de son geste ne sont pas clairement expliquées. Viennent alors de nombreuses questions auxquelles personne ne pourra répondre : Est-ce à cause de sa mise en faillite personnelle due à une  aversion  maladive pour la paperasserie qui faisait qu'il n'ouvrait jamais son courrier?
Est-ce à cause du fait qu'il se sentait diminué après un accident vasculaire? Ou pour une autre raison?
Le moment le plus émouvant du livre et le plus dur, est à mon sens le moment ou les trois frères vont récupérer les affaires de leur père dans la voiture "non nettoyée" à la casse.
Ce livre raconte néanmoins une belle histoire d'amour entre un père et son fils. "Mon père m'a laissé mes mots et la force d'écrire ces pages pour lui dire mon attachement"  Une belle réussite et un bel hommage qui a obtenu le "Grand Prix des Lectrices ELLE 2010, catégorie document.
 
 
Je remercie Blog-o-book et les éditions Folio de m'avoir offert ce livre dans le cadre d'un partenariat lecture.
 
Editions Folio - 167 pages

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi une trace de votre passage!

Recevoir les prochains articles par mail

* obligatoire

Partagez!