lundi 17 février 2014

Les tribulations d'une caissière - Anna Sam

Mon résumé : Anna Sam nous raconte par diverses anecdotes les 8 ans qu'elle a passé à travailler comme hôtesse de caisse dans un supermarché. Diplômée d'une licence de lettres, elle a premièrement pris ce job pour payer une partie de ses études. Par la suite, elle y est restée car elle ne trouvait pas de travail correspondant à ses qualifications. Durant ses 8 longues années, elle n’a pas eu  les yeux dans la poche de sa blouse et elle a saisi sur le vif nos petits mensonges, nos petites lâchetés, nos habitudes plus ou moins bizarres, et elle en fait un livre
 
Mon avis : Être caissière, ce n'est pas une vocation, et surtout pas pour Anna Sam. Arrivée là par hasard, elle y est restée par dépit. On se doute alors que le ton général du livre est plutôt caustique. Je n'ai pas appris grand chose grâce à cette lecture, mais j'ai plutôt eu la confirmation de ce que je pensais déjà : les gens sont malpolis, sans gêne, irrespectueux, j'en passe et des meilleures... Néanmoins, cette lecture n'a pas été désagréable et m'a permis de revivre ce que j'ai eu moi aussi l'occasion de connaître vis à vis de la clientèle (une clientèle à mon avis encore pire puisqu'il s'agissait du milieu des jeux d'argent...).
Elle nous décrit avec beaucoup d'humour les petits travers de chacun et scanne les caractères comme elle scanne les articles : ceux qui arrivent avant l'ouverture, ceux qui ne jurent que par les bons de réductions, ceux qui font les courses en traînant au moment de la fermeture. De tous ces clients, une sorte toute particulière semble prédominer : ceux qui ne la voient pas, ne disent pas bonjour, au revoir et merci. Ils ont le don de l'énerver, mais elle est obligée de les traiter avec le sourire toujours avec un "bonjour, au revoir et merci". Et ce n'est vraiment pas facile de mettre son orgueil dans sa poche quand les gens sont désagréables.
Les anecdotes se suivent et le livre n'a pas de fil conducteur. J'ai trouvé cela un peu dommage. Anna Sam s'est contentée de relater telles quelles ses expériences comme elle les avait écrites au jour le jour sur son blog. 8 ans, c'est long, et on ne parvient jamais à s'habituer à la connerie et l'indifférence. Arrive alors le dernier jour : elle va se faire plaisir en disant aux clients sa façon de penser et ne se force plus à dire "bonjour..." Une sorte de revanche sur cette expérience de vie qu'elle n'est pas prête d'oublier. J'ai trouvé ce passage particulièrement jubilatoire.
Une lecture divertissante sur un ton simple (celui du langage parlé) qui j'espère incitera un grand nombre de lecteurs à changer leur point de vue sur un métier qui ne demande pas de qualifications particulières mais pourtant difficile qui demande patience, compréhension, flexibilité  et sens du service.
 
La phrase que je retiendrai : "Et comme la connerie reste la chose la mieux partagée sur terre, un conseil pour garder le moral : achetez-vous un punching-ball"
 
A noter : Ce film a fait l'objet d'une adaptation au cinéma. Pour voir la bande annonce, c'est ici
 
Éditions Livre de Poche - Témoignage - 185 pages

2 commentaires:

  1. J'ai lu ça quand j'étais moi même caissière pour payer mes études, il m'a fait bien rire bien qu'il reste soft ^^
    Par contre le film est un horrible compte de noel, enfin à mon avis :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je voulais voir le film aussi ... Mais du coup, tu m'en dissuades... ^_^

      Supprimer

Laissez-moi une trace de votre passage!

Recevoir les prochains articles par mail

* obligatoire

Partagez!