mardi 18 février 2014

Les perroquets de la place d'Arezzo- Eric-Emmanuel Schmitt

Mon résumé : "Ce mot simplement pour te signaler que je t'aime. Signé : Tu sais qui" Cette lettre envoyée à différents habitants de la place d'Arezzo va semer le trouble et provoquer de nombreux quiproquos. Mais qui est donc le corbeau? (ou la colombe puisqu'il s'agit au départ d'une bonne intention) et quel est le but recherché?
Dans ce quartier huppé de Bruxelles ou se côtoient le fonctionnaire et l'étudiant, le bourgeois et l'artiste, la poule de luxe et la veuve résignée, mais aussi la fleuriste et l'irrésistible jardinier municipal, la lettre aura des conséquences inattendues. Qu'ils soient en couple ou solitaires, humbles ou orgueilleux, conquérants ou vaincus, la lettre va les faire rêver ou s'enflammer. Certains y verront  une promesse, d'autres un bonheur attendu, une blague ou une menace. On peut imaginer, pour le meilleur et pour le pire, le fatal enchaînement d'espoirs, de déceptions, d'embrouilles et de drames qui s annoncent...
 
Mon avis : Certainement pas le meilleur de l'auteur! Lui qui m'avait habituée à des histoires simples et généralement assez courtes, ici, je me suis retrouvée face à un pavé de 730 pages ou les personnages sont à mon avis beaucoup trop nombreux ( une bonne trentaine )  pour suivre correctement le fil de l'histoire. Les chapitres sont consacrés tour à tour à l'un d'entre eux : Zachary, Rose, Faustina, Dany, Baptiste, Joséphine, Eve, Philippe, Quentin, Odile, Patricia, Albane, Hippolyte, François-Maxime, Séverine, Mademoiselle Beauvert et son perroquet Copernic, Marcelle, Wim, Oxana, Victor, Diane, Xavière, Orion, Tom, Nathan et j'en passe... . Si j'ai parfois hésité à poursuivre cette lecture, c'est le style et la fluidité de l'écriture d’Éric-Emmanuel Schmitt (qui est l'un de mes auteurs préférés) qui m'ont poussée à persévérer. Au final, je ne regrette pas car au travers de ses différents personnages, l'auteur a réussi à nous dresser un genre d'encyclopédie des rapports amoureux. Et rien ne lui a échappé. De la femme adultère au couple homosexuel en passant par la veuve résignée, l'adolescente qui se cherche, le couple libertin, les sado-masochistes ou l'amour tarifé, toutes les situations amoureuses y sont décrites avec une grande finesse et parfois même une touche d'humour.
Ce roman est assez actuel, et certains personnages ont de fortes ressemblances avec des personnages publics très connus comme par exemple Zachary Biderman qui est un clone de DSK ...
Divisé en quatre parties : "annonciation", "magnificat", "répons", "dias irae", l'histoire évolue entre les personnages qui au début semblaient ne rien avoir en commun et le lecteur va comprendre la grande machination qui est en train de se dérouler sous ses yeux. L'intrigue est bien menée du début à la fin, néanmoins, je ne conseillerais ce livre qu'aux fans de l'auteur qui découvriront Éric-Emmanuel Schmitt sous un autre jour. Les autres lecteurs pourraient être surpris par la tournure parfois érotique que prennent les dialogues...
 
Extrait : "Beaucoup de gens se protègent de l'amour. Ils vivent mieux sans. La plupart du temps, s'ils acceptent d'en recevoir, ils ne tiennent pas a en donner. C'est déstabilisant, l'amour, une percée contre l’égoïsme, la chute d'une citadelle, la mort d'un règne : un être compte plus que toi! Quelle catastrophe"

 
A lire aussi :
Odette Toulemonde et autres histoires
Oscar et la dame rose ♥♥♥
La femme au miroir ♥♥♥
L'évangile selon Pilate
Le sumo qui ne pouvait pas grossir ♥♥♥
Les deux messieurs de Bruxelles
Les dix enfants que Madame Ming n'a jamais eus
 
Éditions Albin Michel - Littérature contemporaine - Comédie de mœurs - 730 pages

2 commentaires:

  1. Malgré ton avis mitigé, je le lirai quand même car tout comme toi, EE Schmitt est un de mes autres préférés. J'adore sa plume.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu l'apprécieras plus que moi!

      Supprimer

Laissez-moi une trace de votre passage!

Recevoir les prochains articles par mail

* obligatoire

Partagez!