lundi 17 février 2014

Les évaporés - Thomas B. Reverdy

Mon résumé : "Il faut que vous sachiez d'abord qu'ici, au Japon, un adulte a légalement le droit de disparaître.
- Il n'y a pas d'enquêtes de police.
- C'est comme une fugue. On dit yonige, ça veut dire "fuite de nuit". Dans le fond, c'est une sorte de déménagement, mais sans laisser d'adresse."
Kazehiro  vient d'être licencié. Victime de surendettement, et comme il est coutume de la faire au Japon, il disparaît laissant sa femme sans nouvelle. Yukiko, sa fille qui vit en Californie s'est donné pour mission de retrouver son père. Elle part donc au Japon avec son ex-petit ami Richard B. détective de profession. Pour cette femme qu’il aime encore, il mènera l’enquête dans un Japon parallèle, celui du quartier des travailleurs pauvres de San’ya à Tokyo et des camps de réfugiés autour de Fukushima. Ce roman suit quatre personnages en parallèle : Richard B, Yukiko, son père Kazehiro, qui tente de subsister sous la nouvelle identité de Kaze, et Akaïnu, un enfant des rues dont la famille a disparu dans le tsunami.
 
Mon avis : Un coup de cœur! Pas pour l'histoire des 4 protagonistes mais pour le côté instructif. En effet, j'ai appris beaucoup de choses sur le Japon et notamment sur l'après Fukushima. Et ça fait froid dans le dos de voir que dans un pays développé les industriels profitent de la misère de certains pour les faire travailler à la décontamination du site.
Si Kazehiro disparaît dès la première page, c’est uniquement pour laisser place à Kaze, un homme bafoué en recherche de compréhension et d’apaisement. Presque par hasard, il va rencontrer   Akainu, un "survivant" de la catastrophe qui a fui la destruction pour préférer les rues de Tokyo malgré toutes les menaces qui y rôdent. Deux histoires prennent alors place en parallèle : celle de Richard et Yukiko et leur enquête  et celle de Kaze et Akainu.
Les deux seuls personnages auxquels je me suis attachée sont Kaze et Richard. Kaze parce que quitter sa femme a été pour lui un arrachement " Kaze laisse aller sont front contre le verre, Il ferme les yeux, serre les dents, vomit et pleure à l'intérieur", mais pour échapper à son surendettement et aux yakuzas il a bien été obligé de le faire. Et Richard parce qu'il n'aime pas voyager et qu'il a trop peur de retomber amoureux de Yukiko qui l'a laissé un an auparavant "Au bord du gouffre, en tout cas du caniveau".
Écrit au Japon en 2012, un an après la catastrophe naturelle du Tohoku et la catastrophe nucléaire de Fukushima, le texte est complété par une note finale de l’auteur : « Tout ce qui est raconté ici est vrai : c’est le fruit d’expériences vécues, de rencontres et de nombreuses lectures faites sur place. » Il poursuit : « Je n’ai pas établi de hiérarchie dans ma documentation, entre les témoignages, les enquêtes historiques et la fiction, parce que je crois que ce que nous appelons l’imaginaire (…) fait partie de la réalité des choses. Il façonne notre monde. Sans lui, une forêt ce ne serait jamais que des arbres. »
J'ai l'impression qu'on nous cache encore beaucoup de choses sur catastrophe. Les médias n'en parlent plus, certainement pour étouffer le scandale. Cette histoire m'a poussée à vouloir en apprendre plus sur les désastres provoqués par l'accident de la centrale nucléaire de Fukushima. J'ai trouvé ce site très intéressant et en français qui explique bien les retombées actuelles. Dans la colonne de droite vous trouverez un lien vers les deux webcams qui filment la centrale. Si vous vous connectez tard le soir ou dans la nuit, vous pourrez malheureusement voir qu'encore des personnes y travaillent au péril de leurs vies.
Un roman de la rentrée littéraire 2013 à lire absolument!
 
Extrait :"C'est un paysage désolé. Une désolation. Évidemment, ça ne veut rien dire. Un paysage ne pense pas, il ne peut pas être « désolé ». Et même vous qui êtes là et qui le regardez, à vrai dire vous ne pouvez pas être « désolé » pour un paysage, seulement pour les gens qui vivaient là et dont il ne reste rien."


Éditions Flammarion - Littérature contemporaine - Drame - 298 pages

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi une trace de votre passage!

Recevoir les prochains articles par mail

* obligatoire

Partagez!