lundi 17 février 2014

Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi - Katherine Pancol

Mon résumé : (A ne pas lire si vous n'avez pas lu les précédents tomes). Hortense est partie à Londres pour poursuivre ses études de stylisme. Elle habite non loin de chez Gary qui est revenu à son pays d'origine pour tenter d'en savoir plus sur son père, et tenter de comprendre pourquoi sa mère, Shirley, lui cache ses origines. Philippe et son fils Alexandre, quant à eux, habitent aussi à Londres pour le travail de Philippe.
Joséphine se retrouve seule à paris avec sa fille Zoé dans son immeuble du seizième arrondissement. Le succès remporté par la publication de son livre "Une si humble reine" lui donne envie de retenter l'expérience de l'écriture, mais elle peine à trouver l'inspiration. En effet, loin de Philippe, son amour éclair elle a du mal a assembler ses idées, jusqu'au jour ou, fouillant une poubelle pour retrouver un cahier de Zoé jeté par erreur, elle va tomber sur un journal intime fort intéressant et intrigant. Passionnée par l'histoire narrée dans ce journal, elle va tenter de retrouver l'auteur de cet écrit pour en savoir plus et va avoir l'idée de l'adapter et d'en faire le sujet de son roman...
 
Mon avis : Voici la suite et la fin des aventures de Joséphine, Hortense, Zoé, Gary, Philippe et Shirley.
Toujours aussi fluide et facile à lire, au fil des chapitres, on alterne entre les personnages et leurs histoires respectives.
Hortense est toujours aussi sure d'elle et arrogante, elle est très ambitieuse et met toutes ses chances de son coté pour tenter de remporter un concours de stylisme lui permettant de gagner l'exposition de ses modèles dans les vitrines du grand magasin Harrod's. Si elle est très désagréable avec les autres, c'est ce qui fait qu'on s'y attache. C'est son caractère en fer forgé qui met du piment à ce roman.
Gary tente d'en savoir plus sur ses origines, et joue un peu au jeu du chat et de la souris avec Hortense. Ils sont brièvement sortis ensemble mais Hortense préfère se consacrer à ses études et ses créations.
Joséphine, toujours si peu sure d'elle tente de renouveler son succès d'écriture et trouve un éditeur en la personne de Gaston Serrurier, le seul problème c'est qu'elle n'a encore aucun sujet pour son roman. Elle sait que s'atteler à l'écriture pourrait lui servir de "thérapie" et ainsi "se venger" de sa mère et d 'Iris sa soeur décédée juste après la parution d'une si humble reine. "Écrire c'est empoigner sa souffrance, la regarder en face et la clouer sur la croix. Et après, on s'en fout d'être guéri ou pas, on a pris sa revanche." par contre, elle n'a pas changé et est toujours aussi peu sure d'elle et se pose toujours de nombreuses questions : "A partir de quel âge devient-on bonne à jeter ? Y-a-t-il une date officielle comme sur les yaourts ? Qui décide ? Le regard des autres qui vous ratatine en pomme ridée ou le désir qui se retire et sonne le clairon de la retraite ?"
Shirley, elle aussi se retrouve seule sans son fils Gary et est tombée amoureuse d'un garçon, mais cette histoire n'a malheureusement pas duré longtemps : "Il avait eu l'air de prendre leur rupture à la légère. Elle avait été vexée. Depuis elle ne cessait de penser à lui. Depuis, elle n'allait plus se baigner dans les étangs glacés de Hampstead. Cela faisait trois semaines. Elle comptait les jours. Elle comptait les nuits. Et son coeur se tordait à la faire hurler."
Zoé, quant à elle, découvre l'amour avec Gaétan.
J'ai particulièrement apprécié Junior. Ce bébé intellectuellement précoce a bien grandi, est a maintenant un cerveau comme celui des adultes, mais avec une particularité en plus : il est capable de lire dans les pensées et de faire comme il dit "transistor" comme s'il branchait une radio sur le cerveau des gens et qu'il écoutait ce qui s'y passe.
Pour finir, j'ai encore vraiment aimé cette lecture même si certains passages sont vraiment longs. Par contre, il y avait beaucoup moins d'intrigues que dans le précédent tome de la saga ou il y avait une enquête policière. Là, la seule intrigue est pour Joséphine de savoir qui a rédigé ce journal intime.
Comme on peut s'en douter, à la fin, toutes les questions sont résolues et tout rentre dans l'ordre, mais j'aimerais quand même me replonger dans ces aventures pour une suite...
 
Mes articles sur les tomes précédents : "Les yeux jaunes des crocodiles" et "La valse lente des tortues"
 
 
Éditions Albin Michel - 853 pages - Roman

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi une trace de votre passage!

Partagez!