mardi 18 février 2014

Les dix enfants que Madame Ming n'a jamais eus - Eric-Emmanuel Schmitt

Mon résumé : Madame Ming prétend avoir dix enfants dans une Chine ou la loi impose l'enfant unique. Dame pipi dans un grand hôtel, elle va avoir le don d'agacer notre narrateur (dont nous ne savons pas le prénom) qui est français et se rend régulièrement en Chine pour son travail. Mais son sens de la répartie et sa sagesse vont pousser le narrateur à vouloir en savoir un peu plus à chaque voyage d'affaires sur cette mystérieuse femme. Fabule-t-elle, au pays de l’enfant unique ? A-t-elle contourné la loi ? Aurait-elle sombré dans une folie douce ? Et si cette progéniture n’était pas imaginaire ? L’incroyable secret de Madame Ming rejoint celui de la Chine d’hier et d’aujourd’hui, éclairé par la sagesse  de Confucius.
 
Mon avis : Ce conte philosophique est le sixième du "cycle de l'invisible". Chaque récit de ce cycle aborde un drame humain et le lie à la religion en nous montrant comment la sagesse spirituelle peut nous aider à vivre. Dans ce livre, il s'agit des valeurs du Confucianisme. Confucius prônait la vie en bonne société avec ses semblables. Son but est l'harmonie des relations humaines.
Encore une fois, j'ai adoré ce petit conte d'Eric-Emmanuel Schmitt. Il va nous montrer avec toute sa subtilité comment un français en voyage d'affaires en Chine va se lier d'amitié avec la dame pipi de son hôtel. Elle prétend avoir 10 enfants, mais cela parait difficile à croire dans un pays ou est prôné l'enfant unique. Il va d'abord la croire à moitié folle, mais à chaque fois qu'ils se voient elle va lui raconter des moments de la vie de chacun de ses dix enfants avec tant de précisions qu'il va petit à petit être obligé d'y croire. En effet, entre deux acrobates ou un paysagiste très doué, chacun des enfants a un talent hors normes. Grâce à son récit et ses proverbes pertinents, Madame Ming va faire réaliser à notre narrateur qui n'a pas d'enfants et qui semble très égoïste qu'il passe à coté de la vraie vie à force de chercher à conclure des contrats tous plus mirobolants les uns que les autres.
J'ai particulièrement apprécié la fin de l'histoire : une belle leçon de morale dans laquelle le lecteur pourra enfin découvrir le fin mot de l'histoire de cette dame qui semble pour le moins loufoque.
 
 
La phrase que je retiendrai : "L'expérience est une bougie qui n'éclaire que celui qui la tient."
 
A lire aussi :
Odette Toulemonde et autres histoires
Oscar et la dame rose
La femme au miroir
L'évangile selon Pilate
Le sumo qui ne pouvait pas grossir
Les deux messieurs de Bruxelles
Les perroquets de la place d'Arezzo
 
 
Éditions Albin Michel - Conte philosophique - 115 pages

2 commentaires:

  1. Un livre que je viens de terminer. Un roman que je qualifierais de gentil, agréable à lire, vite lu, mais il ne restera sans doute pas longtemps dans ma mémoire.
    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, je ne m'en souviens déjà presque plus...

      Supprimer

Laissez-moi une trace de votre passage!

Partagez!