lundi 17 février 2014

Le roman de l'été - Nicolas Fargues

Mon résumé : John un parisien qui a la cinquantaine vient de prendre une retraite anticipée et décide de partir en Normandie, dans la maison de son héritage familial pour se consacrer à l'écriture de son roman.  Mais la tâche ne va pas être aisée car il sera toujours interrompu, et sa page restera blanche.... Dérangé, tantôt par sa fille qui lui annonce qu'elle arrive avec une copine italienne récemment rencontrée, tantôt par son voisin dont la seule préoccupation est d'obtenir l'autorisation de John pour faire une ouverture  dans son mur pour enfin avoir une fenêtre avec vue sur la mer. (Mais aussi malheureusement vue sur la maison de John.).
 
Mon avis  : Ce livre raconte deux histoires de famille : au début l'une après l'autre, elles vont ensuite se mêler pour n'en faire qu'une. J'ai bien aimé ce livre nous présentant deux familles ordinaires : l'une (celle de Jean le voisin) de gens du cru qui ont toujours vécu là, et l'autre, celle de parisiens exilés en Normandie.
Le fait que cette histoire soit simple sans réelle intrigue nous permet de nous identifier facilement aux personnages :
John, à 55 ans,  décide de se mettre à l'écriture. De caractère plutôt solitaire, il va devoir faire face à la venue impromptue de sa fille Mary et sa copine. Il se pose un tas  de questions et a beaucoup de mal à mettre en forme ses idées. Il est angoissé par la feuille blanche : "John se demanda si cela vaudrait le coup, par exemple, d'écrire mot pour mot ce qu'il venait de penser. Ça n'était pas très original, beaucoup de gens pouvaient tenir le raisonnement dans des termes comparables. Mais comment certains pouvaient-ils se permettre de l'écrire? Par quel prodige pouvait-on transformer n'importe quelle banalité en littérature?"
Mary, quant à elle, est en couple avec un homme qui ne la respecte pas et va s'évader de sa vie conjugale grâce à sa nouvelle copine Vienna.
Dans la maison d'à côté, Jean et Claudine, français moyens par excellence ( voir même un peu "Bidochons") rêvent d'avoir enfin une fenêtre avec vue sur la mer.
Leur fils, Frédéric, marié avec Elodie (dont il attend un enfant) cherche toujours à arrondir les angles et ne s'évade de son couple chaotique que grâce au parapente. Elodie sa femme est une vraie peste qui ne fait que des caprices.
Mary et Frédéric vont alors se rendre compte du désastre de leurs existences. L'une grâce à Vienna, et l'autre grâce aux jeunes qu'il encadre lors des séances de parapente....
Ce roman a, comme son nom l'indique un petit goût d'été ce qui en rend sa lecture bien agréable. On se croirait en vacances dans une maison familiale avec plein de quiproquos.
 
 
Éditions Folio - Littérature contemporaine - 321 pages

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi une trace de votre passage!

Partagez!