mardi 18 février 2014

Le froid modifie la trajectoire des poissons - Pierre Szalowski

Mon résumé : Nous sommes à Montréal en janvier 1998. La plus grande  tempête de verglas que le pays ait connue fait rage. Un petit garçon de 10 ans pense que c'est de sa faute et que c'est lui qui a déclenché cette tempête. En effet, il vient d'apprendre que ses parents veulent se séparer, et, pour empêcher son père de partir, il demande au ciel de l'aider. Mais il part quand même. Les tonnes de glace qui s'abattent sur la ville vont peu à peu priver d'électricité les habitants d'un coté de sa rue (l'autre coté étant relié à la maison de retraite, il reste prioritaire). La vie du voisinage va alors basculer : des voisins qui s'ignoraient jusque là, vont faire connaissance et vont s'entraider : Julie, danseuse en mal d’amour, accueille chez elle Boris, scientifique égocentrique, qui ne vit que pour ses expériences sur les poissons ; Michel et Simon, les deux « frères » si discrets, qu’on ne voit jamais ensemble, ouvrent leur porte à Alexis, leur voisin homophobe. Le grand gel va progressivement changer la vie des habitants de cette rue... pour le meilleur.
 
Mon avis : Ce titre est le premier livre de Pierre Szalowski (auteur canadien) et c'est la vraie petite bouffée d'oxygène de la rentrée littéraire 2010. D'abord peu convaincue par le titre et la couverture, c'est en lisant la quatrième de couv' que je me suis laissée tenter par l'emprunt de ce livre, et, je dois dire que je n'ai pas été déçue!
En fait, par ce titre, l'auteur parle évidemment de Boris et de sa thèse sur les poissons, mais surtout, du fait qu'un événement rare ou imprévisible peut totalement changer les comportements des gens...
J'ai particulièrement apprécié la naïveté et la fraîcheur du petit garçon (dont on ne saura jamais le nom).
On découvre au fil des pages la personnalité de chaque personnage, et, certains vont même au delà de leurs a priori comme Alexis l'homophobe, qui va découvrir que le couple qui l'héberge n'est pas une fraterie mais bien un couple d'homosexuels...Julie, qui va renoncer à son travail au Paradisio pour se consacrer à Boris. Boris, particulièrement attachant qui porte une attention  sans limite à ses poissons et à l'eau de son aquarium qu'il doit constamment laisser à 32 degrés pour sa thèse sur les noeuds.
Comme Boris, tous les habitants de ce quartier vont se rendre compte que le froid rapproche les gens.
J'ai noté aussi beaucoup d'expressions québécoises (souvent rigolotes par l'image qu'elles induisent chez nous les français)
un premier roman passionnant  à lire bien au chaud....

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi une trace de votre passage!

Recevoir les prochains articles par mail

* obligatoire

Partagez!