dimanche 16 février 2014

La route de Los Angeles - John Fante

Mon résumé : Arturo Bandini habite avec sa mère et sa sœur dans le Colorado. Vivant de petits boulots qui ne l’intéressent pas, il rêve des femmes de ses revues pornographiques. Entre bagarres, beuveries et petits larcins, il a trouvé sa voie : il sera écrivain. Mais il est difficile de subvenir aux besoins de la famille grâce à son écriture. Il trouve alors un travail à la conserverie de poisson et continue à écrire. Il se prend pour un grand écrivain ce qui entraîne les moqueries de ses collègues de la conserverie. Faisant fi des railleries de son entourage, il est plus motivé que jamais pour devenir un grand écrivain.
 
Mon avis : Nous continuons la saga "Bandini". Étrangement, ce livre est la suite de "Bandini" il a pourtant été écrit avant (1933) mais a été publié à titre posthume.
Arturo a grandi. Il a 18 ans et est maintenant en age de travailler. Son père est décédé. il habite avec sa mère et sa sœur qu'il déteste de part leur dévotion à Dieu. Ce qui m'a un peu décontenancée, c'est que dans "Bandini', il avait deux frères. Je me demande donc ou s’arrête la part réellement autobiographique de cette histoire.
Très arrogant et très imbu de lui-même, c'est à lui que revient maintenant le devoir de nourrir sa famille. Pour cela, il trouve un  travail à la conserverie de poisson. Ne supportant pas les odeurs de poisson, il est malade tous les jours te entraîne les moqueries de ses collègues : ils le prennent pour une "chochotte". Il rétorque alors qu'il est un grand écrivain très connu et qu'il ne travaille pas pour l'argent mais pour se documenter en vue de l'écriture de son prochain livre. Néanmoins, il lit beaucoup, est très instruit et cite Nietzsche et Schopenhauer dès qu'il en a l'occasion. Il prend ses collègues ainsi que sa mère et sa sœur pour des demeurés. Pour  se donner de l'importance et tenter d'oublier son statut d'immigré italien, il s'invente des vies. Mythomane à l’extrême, on se demande même s'il ne devient pas un peu schizophrène. Ses mensonges et son arrogance vont l'amener à perdre son emploi. Il quitte alors sa famille et décide de se rendre à Los Angeles, ville où, selon lui, il trouvera du travail grâce à son immense travail d'écrivain. Il veut écrire des nouvelles ou des scénarios de films.
Bien qu'Arturo ait développé un ego surdimensionné et un sentiment de supériorité, je me suis encore une fois régalée à suivre ses aventures. J'apprécie de suivre l'évolution d'un personnage sur plusieurs années et plusieurs livres, d'autant que cette histoire est grandement autobiographique.
Je pensais que ce livre montrerait le parcours d'Arturo du Colorado vers Los Angeles. Hors il nous décrit les événements qui ont poussé Arturo à quitter le cocon familial pour tenter sa chance ailleurs.
J'ai hâte de poursuivre ses aventures avec "Demande à la poussière" pour savoir si son départ vers Los Angeles lui a été profitable....
 
Extrait : (Voilà comment Arturo parle à sa mère) "Espèce de sale nonne pédante à gerber, infecte grenouille pustuleuse de bénitier dégueulasse, cul -terreuse bigote et rétrograde, frustre babouin de l'héritage catholico-obscurantiste."
 
A lire aussi :
Mon chien Stupide
Bandini
Demande à la poussière
Rêves de Bunker Hill
Les compagnons de la grappe
 
Éditions 10/18 - Drame - 268 pages

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi une trace de votre passage!

Partagez!