lundi 17 février 2014

La petite marchande de prose - Daniel Pennac

Mon résumé  : A Bellevile, Benjamin Malaussène fait le bien autour de lui. C'est un  bouc émissaire professionnel payé à prix d'or pour compatir avec les écrivains refusés. Alors quand , démotivé par le mariage de sa toute jeune sœur Clara avec un directeur de prison  quasi-sexagénaire  ,  Benjamin se saisit d'un prétexte pour démissionner. La reine Zabo se voit alors contrainte de lui offrir un autre emploi pour le garder : endosser l'identité de J. L. Babel, le prolifique et invisible auteur de romans à succès.
Mais la mort rôde autour de Clara et de Benjamin, victimes de la terrible tendance familiale à attirer les problèmes. Lors de la promotion publicitaire du livre, Benjamin croise la route d'un dangereux tueur. C'est d'abord le futur mari de Clara, assassiné le jour de son mariage, qui est découvert. Benjamin, suspecté par défaut, est rapidement mis hors de cause par le commissaire. Celui-ci lui recommande de rester loin de cette affaire, mais même en obéissant à son conseil, Malaussène va se retrouver inextricablement mêlé à ce meurtre....Sa compagne Julie décide de traquer les responsables de la tentative de meurtre : au fur et à mesure, les cadavres des personnes impliquées de près ou de loin à l'affaire s'accumulent, et oncle Thian est chargé de neutraliser la jeune femme...
 
Mon avis : Je ne connaissais Daniel Pennac que de réputation et avais un peu peur de tester le pensant vulgaire, grossier et destiné surtout à un public masculin. Mais j'ai vite changé d'avis. La seule chose que je regrette est d'avoir commencé la  découverte de cette famille atypique par le troisième tome de la saga. Mais cela ne m'a pas empêchée de situer tous les nombreux personnages les uns par rapport aux autres.
Petit rappel :
  • Benjamin Malaussène : Bouc émissaire, chargé de famille, il s'occupe de ses frères et sœurs quand sa mère part en cavale amoureuse. Il vit avec Julie Corrençon, une jeune journaliste très curieuse.  Il travaille d'abord dans un grand magasin puis aux Éditions du Talion pour La Reine Zabo.
  • Clara, Thérèse, Louna et Verdun Malaussène : sont les soeurs de Benjamin. Clara est photographe, Thérèse est voyante, Louna est infirmière, et Verdun sa plus jeune soeur a été nommée ainsi en hommage à son grand père mort le jour de sa naissance.
  • Jérémy et le Petit Malaussène sont ses frères.
  • C'Est Un Ange de Saint-Hiver : fils de Clara et de Clarence de Saint-Hiver. 
  • Clarence de Saint Hiver : Fiancé de Clara Malaussène, directeur de prison et père de C'Est Un Ange. Il est sauvagement assassiné le jour de son mariage avec Clara.
  • Oncle Thian  est policier de profession
  • La Reine Zabo : Isabelle de son vrai nom, elle est la directrice des Éditions du Talion où travaille Benjamin
  • Loussa de Casamance : le plus grand spécialiste sénégalais de littérature chinoise de Belleville, grand ami de Benjamin.
  • Coudrier : Le commissaire divisionnaire chargé de l'enquête.
Tous ces personnages sont plus loufoques les uns que les autres et c'est ce qui m'a plu dans ce livre. Les situations improbables, tirées par les cheveux et absurdes sont pleines d'humour et parfois même un peu cyniques.
La couverture du livre (que je ne trouve pas belle) représente parfaitement tous les personnages de l'histoire. Pendant ma lecture, je l'ai souvent regardée pour essayer de me donner des indices sur ce qui allait se passer. Je la trouve particulièrement réussie car tous les personnages et évènements sont représentés : en haut, sous le titre, le début de l'histoire et le cheminement des évènements  jusqu'en bas....
Un style dont je n'ai pas l'habitude mais qui m'a tout de même beaucoup plu malgré mes a prioris. Je compte bien renouveler l'expérience de la famille Malaussène au plus vite.
 
La phrase que je retiendrai : "C'est que, vois-tu, cette fois, je suis bel et bien occupé à mourir. Je sais, dit comme ça, à la première personne du singulier, c'est à n'y pas croire, et pourtant, à y bien réfléchir, c'est toujours à la première personne du singulier qu'on meurt pour de bon. Et c'est assez inacceptable, il faut bien le reconnaître."
 
 
Éditions Folio - Littérature contemporaine - Policier - 402 pages

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi une trace de votre passage!

Recevoir les prochains articles par mail

* obligatoire

Partagez!