lundi 17 février 2014

La femme au miroir - Eric-Emmanuel Schmitt

Mon résumé : Dans ce livre, Eric-Emmanuel nous raconte trois histoires de femmes à des époques différentes. Anne vit à Bruges au temps de la Renaissance, Hanna dans la Vienne impériale de Sigmund Freud, Anny à Hollywood de nos jours. Bien que séparées chronologiquement et géographiquement, le lecteur se rend vite compte que leur destin est commun et ces trois femmes refusent catégoriquement le rôle que souhaitent leur donner les hommes
 
Mon avis : Ce livre est un  coup de coeur pour moi. L'idée de consacrer à tour de rôle un chapitre pour chacune de ces trois femmes est vraiment originale.
La première femme, Anne vit à Bruges au temps de le renaissance. Le jour ou elle est promise au mariage avec Philippe et qu'elle en reçoit deux miroirs, elle décide de fuir dans la foret pour y échapper. Elle refuse sa condition de femme et va finalement intégrer un béguinage (communauté autonome de religieuses). "Anne devinait que le bonheur se cachait derrière un arbre tel un lapin,elle voyait le bout de son nez,elle percevait sa présence,son invite,son impatience" et refuse le saucissonnage vengeur d'un fiancé décidé à la soumettre."
Vienne années 1850, Hanna se confie à son amie Gretchen par lettres ou elle lui expose le fiasco de son mariage, son ressenti durant sa nuit de noces, subie comme un "cours de gymnastique" et face au miroir lorsque chaque matin "elle se déguise en dame" avec jupon,corset et lacets, sa prétendue grossesse. Elle va elle aussi se rendre compte qu'elle aussi  n'est pas faite pour cette vie et va fuir à son tour afin d'apprendre la psychanalyse (Un certain Sigmund Freud commence à faire parler de lui à ce moment là)  puis se mettre à son propre compte. "Je me donne à Franz par gentillesse, altruisme, obligeance, car j'ai décidé que je comblerais autant que je pourrais. J'effectue mon devoir de ménagère. Ni motivée par le goût ni taraudée par l'envie, j'en tire peu de plaisir, hormis la gratification de l'aumône accomplie, ou l'émotion de voir ce grand gaillard repu s'endormir contre mon épaule."
Los Angeles de nos jours, Anny Lee, actrice reconnue est dépendante aux drogues alcools et hommes, couche avec tout le monde et n'importe qui. Un jour face, saoule, face au miroir elle va se demander "C'est qui cette pute? [...] qui a couché avec presque tous les garçons présents? " et va se rendre compte que la vie ne tient pas qu'aux beuveries et coucheries.
Avec brio, Eric Emmanuel Schmitt va ensuite faire se rejoindre ces trois histoires ayant pourtant lieu à des époques différentes...
J'ai beaucoup aimé ces trois portraits mais c'est surtout la correspondance épistolaire que Hanna entretient avec Gretchen qui a retenu toute mon attention. En effet, par le biais des lettres, on ressent toutes les émotions par lesquelles est passée cette dernière et le désarroi éprouvé après son "accouchement" . Mais c' est une battante et elle  ne va pas se laisser aller.
J'ai trouvé étonnant que ces portraits qui se veulent féministes soient brossés par un homme. je pense qu'Éric Emmanuel Schmitt ne doit pas être indifférent à la cause féminine.
Deuxième titre de la rentrée littéraire 2011 que je lis et qui sera au même titre que "Rien ne s'oppose à la nuit" un coup de coeur que je vous invite à découvrir.
Vous pouvez aussi passer voir "Oscar et la dame Rose" et "Odette Toulemonde et autres histoires". Chacun des livres d'EE Schmitt est pour moi un grand moment.
 
Éditions Albin Michel - 460 pages - Littérature contemporaine

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi une trace de votre passage!

Partagez!