lundi 17 février 2014

Je l'aimais - Anna Gavalda

Mon résumé : Adrien vient de quitter Chloé la laissant seule avec leurs deux filles. Afin de l'aider à refaire surface, Pierre,  le père d'Adrien emmène Chloé et ses deux petites-filles dans leur maison de campagne afin de faire lui changer les idées. Le soir de leur arrivée,  une fois les enfants couchées, au coin du feu et avec une bonne bouteille, ils vont se confier l'un à l'autre. Pierre, au lieu de critiquer le comportement de son fils, va tenter d'expliquer à Chloé que, parfois, il vaut mieux être malheureux une bonne fois pour toutes et passer à autre chose plutôt que de vivre toute sa vie avec quelqu'un qui ne vous aime plus en prenant comme exemple concret sa propre vie : Lui qui est  pourtant marié a un jour rencontré le grand amour en la personne de Mathilde, mais, par lâcheté et pour ne pas bouleverser sa vie, n'a pas eu le courage de quitter sa femme Suzanne....
 
 
Mon avis : Ce premier roman d'Anna Gavalda est un vrai bon moment. Beaucoup de monde peut s'identifier aux personnages de cette histoire pourtant très banale. D'abord, on plaint Chloé, la pauvre, abandonnée par son mari, et, comme si ça ne suffisait pas à son malheur, son beau père qu'elle n'apprécie pas particulièrement décide de s'occuper d'elle. " C’est la première fois que je me retrouve seule avec lui. Je ne me suis jamais sentie à l’aise en sa compagnie. Trop distant. Trop mutique. Et puis tout ce qu’Adrien m’en a dit, la difficulté de grandir sous son regard, sa dureté, ses colères, les galères de l’école....". Ensuite, on éprouve de la sympathie pour Pierre, ce "vieux con de 65 ans" comme il se qualifie lui-même. Lui, qui semble n'aimer que sa propre personne et ne s'épanche jamais sur ses sentiments, va pourtant lui faire la confidence de l'amour de sa vie. " Je suis tombé amoureux comme on attrape une maladie. Sans le vouloir, sans y croire, contre mon gré et sans pouvoir me défendre, et puis...Et puis je l'ai perdue. De la même manière."
Une belle histoire néanmoins un  peu triste et pessimiste car elle nous rappelle que rien n'est acquis en amour et qu'il est parfois très difficile d'avoir le courage de chambouler sa vie et faire du mal aux gens autour de nous pour en vivre une meilleure.
On espère alors que la nouvelle vie de Chloé sera plus agréable et qu'elle trouvera un mari qui l'aime réellement.
C'est le troisième roman que je lis d'Anna Gavalda après "Ensemble c'est tout" et " L'échappée belle". Le style est toujours aussi simple et direct et ses histoires d'amour ne font jamais dans la mièvrerie..
 
 
Le Dilettante - 217 pages

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi une trace de votre passage!

Partagez!