dimanche 16 février 2014

Bandini - John Fante

Mon résumé : La famille Bandini est une famille d'immigrés italiens qui est installée dans le Colorado. L'histoire se passe dans les années 30. Le père Svevo est maçon et cherche désespérément du travail. Mais en plein hiver ce n'est pas facile. Alors la famille croule sous les dettes notament chez l'épicier. Maria, la mère, est une grenouille de bénitier et ne s'en remet qu'à la puissance de Dieu pour leur venir en aide. Leurs 3 enfants (Arturo 14 ans, August 10 ans et Fédérico 8 ans) sont à l'école catholique mais ils ne sont pas en reste lorsqu'il s'agit de faire des bêtises. Surtout Arturo l’aîné (et narrateur de l'histoire) qui déteste la soumission de sa mère face à la violence de son père. Juste avant Noël, et pendant 10 jours, Svevo disparaît chez une riche héritière....
 
Mon avis : Après avoir découvert cet auteur grâce à Mon chien Stupide. C'est avec grand plaisir que je me suis plongée dans cette lecture. J'adore le style particulier de John fante.Toujours aussi cynique et immoral, je me suis régalée de ce premier tome des 4 qui composent la saga "Bandini".
Le rêve américain que voulait vivre cette famille d'italiens est bien loin! Ils galèrent et Svevo peine à nourrir sa famille. Surtout, il a un penchant pour le jeu et n'hésite pas à miser ses maigres revenus pour tenter de se refaire. Alors, lorsque son ami Rocco lui propose d'aller effectuer de menus travaux chez une riche héritière, il n'hésite pas une seconde. mais la vieille femme en mal de compagnie pourrait même lui proposer bien plus. Svevo découche pendant 10 jours laissant femme et enfants livrés à eux-mêmes.
Arturo Bandini est le double de John Fante. En effet, ce roman est largement autobiographique et nous décrit la famille italienne immigrée aux états unis dans laquelle John Fante a vécu. Misère, alcool, racisme et religion faisaient partie du lot quotidien de John Fante / Arturo Bandini.
Cette famille m'a fait penser à un film que j'ai vu il y a longtemps : "Affreux sales et méchants" ces adjectifs qualifient très bien les personnages de l'histoire...
J'ai trouvé Arturo touchant bien qu'on peine à le cerner. Il passe de l'amour à la haine en un quart de seconde. Il détruit d'une main ce qu'il a construit de l'autre. Bon et méchant, généreux et voleur, il est à la fois la glace et le feu, la tendresse et la rancœur. J'ai aussi aimé l’ambivalence de ses sentiments : Il déteste sa mère quand elle s'en remet à Dieu pour voir sa vie s'arranger et pourtant il fait tout pour la protéger. Amoureux éconduit de Rosa sa camarade de classe, il va même jusqu’à souhaiter sa mort. Pourtant, la pauvre Rosa va décéder des suites d'une pneumonie, et là, il va bien se rendre compte qu'il l'aimait finalement beaucoup.
Une histoire autobiographique triste mais qui n'a pas manqué de me faire sourire par le manque de moralité des personnages. J'ai hâte de lire les trois autres tomes de cette saga d'Arturo Bandini.
 
 
Extrait : "Il avançait en donnant des coups de pied dans la neige épaisse. Un homme dégoûté. Il s'appelait Svevo Bandini et habitait à trois blocs de là. Il avait froid, ses chaussures étaient trouées. Ce matin-là, il avait bouché les trous avec des bouts de carton déchirés dans une boîte de macaroni. Les macaronis de la boîte n'étaient pas payés. Il y avait pensé en plaçant les bouts de carton dans ses chaussures. Il détestait la neige. Il était maçon, et la neige figeait le mortier entre les briques qu'il posait. Il rentrait chez lui en se disant que c'était absurde."
 
 
A lire aussi :
Mon chien Stupide
La route de Los Angeles
Demande à la poussière
Rêves de Bunker Hill
Les compagnons de la grappe
 
Éditions 10/18 - Drame - 266 pages

1 commentaire:

  1. Ahah encore une preuve que nous sommes sur des longueurs d'onde fort proches : j'ai adoré ce roman de John Fante ! Le style de cet auteur m'a moi aussi fortement percutée. Mais par contre je n'en ai jamais lu d'autre ...

    RépondreSupprimer

Laissez-moi une trace de votre passage!

Partagez!