dimanche 16 février 2014

Balle de match - Harlan Coben (Tome 2 des aventures de Myron Bolitar)

Mon résumé : Myron Bolitar, ancien basketteur, ex-agent du FBI reconverti comme agent sportif va être amené à enquêter sur l'assassinat de Valérie Simpson, une jeune joueuse de tennis qui s'apprêtait à signer un contrat avec lui. Lors de cet assassinat ayant eu lieu à l'US Open et devant des milliers de spectateurs, personne n'a rien vu... La police soupçonne Roger Quincy, un fan détraqué. Mais cette hypothèse est beaucoup trop simpliste au goût de Myron, qui, pour parvenir à ses fins, devra faire remonter son enquête jusqu'à l'assassinat de l'ancien petit ami de Valérie, Alexander Cross fils du sénateur, 6 ans auparavant...
Les deux crimes seraient-ils liés? Quel rapport  entre Valérie et le petit poulain de Myron, Duane Richwood, la star montante de la raquette ? Personne ne semble apte à répondre à ces questions. Alors quand la mafia et le sénateur s'en mêlent, Myron comprend que la partie est loin d'être finie...
 
 
Mon avis : J'ai choisi d'emprunter ce livre d'Harlan Coben car j'avais beaucoup aimé "Ne le dis à personne" et m'attendais à un thriller palpitant hors, ce ne fut pas le cas pour "Balle de match"...
Ce livre est le deuxième d'une série de 9 tomes des aventures de Myron Bolitar.
A part de bons dialogues pleins de répartie et d'humour, je me suis un peu ennuyée. Les personnages sont très nombreux et leur présence n'est pas toujours pertinente pour le déroulement de l'enquête. Par contre, l'intrigue est bien menée car je n'ai trouvé le (la) coupable qu'à la fin après de nombreux revirements de situation.
J'ai bien  apprécié le passage ou Myron consulte la psychiatre de Valérie pour essayer de lui soutirer des informations, cette dernière, faisant semblant de rien, va se servir de ses talents de psychologue pour se jouer de lui...
La découverte du milieu du tennis professionnel et l'ambiance qui y règne fait froid dans le dos.
Je ne sais pas si ce style d'écriture a été voulu par l'auteur, ou si la traduction est mauvaise, mais on croirait lire la transcription d'un téléfilm.
Une lecture à réserver aux fans du genre.


  

Éditions Fleuve Noir - 312 pages

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi une trace de votre passage!

Partagez!