lundi 17 février 2014

A l'encre russe - Tatiana de Rosnay

Mon résumé : Nicolas Duhamel passe trois jours sur une île de Toscane avec sa petite amie Malvina. Il tente de profiter de ce court séjour sur cette île paradisiaque pour trouver l'inspiration pour l'écriture de son second roman que lui a commandé son éditeur et qui est attendu avec impatience par sa famille, ses amis et ses fans. Mais le luxe et la jet-set lui font perdre de vue son objectif. Il repense à son précédent roman autobiographique "l'enveloppe" qui lui avait fait connaître un succès international. Il va alors vivre un événement (tiré de l'actualité) qui pourrait bien lui donner l'idée de sa prochaine histoire : l'échouage d'un bateau de croisière qui est passé trop près de la côte pour saluer les vacanciers.
 
Mon avis : J'ai beaucoup entendu parler très positivement de cette auteure. Je m'attendais donc à un très bon livre, hors j'ai été déçue. Bien que ce livre soit bien écrit, j'ai trouvé l'histoire un peu creuse : il ne se passe pas grand chose.
Deux histoires sont imbriquées l'une dans l'autre :
Celle qui se passe actuellement pendant les vacances en Toscane, et l'autre, dans laquelle Nicolas revient sur la découverte de ses origines. Enquête personnelle pendant laquelle il découvrira qu'il ne s'appelle pas Duhamel mais Koltchine et qu'il retracera dans son premier livre "L' enveloppe".
Nicolas Duhamel / Koltchine est insupportable, imbu de lui même et de son succès : "Depuis qu’ils avaient signé le nouveau contrat avec panache, il se reposait sur ses lauriers, s’abandonnait sans limites à l’adulation de ses fans, se vautrait dans le luxe des première classe, du champagne qui coulait à flots, des cadeaux somptueux, déployant son sourire pour des photos sur papier glacé ou lors des séances de dédicaces" Seulement, il ment à tout le monde en disant que son livre avance.Il est insupportable.
En lisant le résumé de l'éditeur : "2006, Nicolas Duhamel souhaite renouveler son passeport, mais en dépit de ses papiers précédents, Nicolas devra prouver qu'il est bel et bien Français, car ses parents sont nés à l'étranger. De cette situation kafkaïenne (que l'auteure a elle-même vécue) va découler un incroyable roman à tiroirs qui fera voyager Nicolas, de Paris à Saint-Petersbourg, d'Hollywood à Singapour, pour peut-être enfin découvrir le secret de ses origines et tenir la clé de son avenir..." , je m'attendais à tout autre chose et j'ai même eu du mal à finir cette lecture... Le secret de ses origines est ici très secondaire...
Il me semble que Tatiana de Rosnay, comme Nicolas Kolt / Duhamel a souffert du syndrome de la page blanche.
J'espère ne pas rester sur cet échec et lire un autre titre de cette auteure pour me faire oublier ce livre sans intérêt.
 
Si vous voulez néanmoins tenter de gagner ce livre via un concours organisé par "Entrée Livre" c'est par ici
 
Éditions Héloïse d'Ormesson - Littérature contemporaine - 352 pages

2 commentaires:

  1. Personnellement j'ai adoré "elle s'appelait Sarah" - j'ai été un peu déçu par le suivant "le voisin"... donc effectivement cette auteure varie bien d'un livre à l'autre - le mieux est de les découvrir tous :) merci pour ton avis sur ce livre que je n'ai pas lu d'elle - cricket

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne vois que des critiques positives sur "elle s'appelait Sarah" du coup, il faudrait vraiment que je le lise!

      Supprimer

Laissez-moi une trace de votre passage!

Partagez!